Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Sur les pas de Frédéric Mistral.

 

 

« Mistral gagnant Plages du Prado, Marseille » par Alpha du centaure — originally posted to Flickr as Mistral gagnant. Sous licence CC BY 2.0 via Wikimedia Commons - https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Mistral_gagnant_Plages_du_Prado,_Marseille.jpg#/media/File:Mistral_gagnant_Plages_du_Prado,_Marseille.jpg

 

 

 

S'il est un vent, en France, connu du plus grand nombre, c'est bien le mistral. Viennent, ensuite la tramontane et le vent d'autan. D'autres, comme la galerne ou le noroît, sont, parfois, cités, tout comme la bise mais bien peu avanceront le Cers qui pourtant sévit, régulièrement, dans notre Sud-ouest. J'avais même envisagé de donner à mon blog la terminologie de Cers mais, par retenue, je craignais l'incompréhension et les sarcasmes faciles,  je n'ai pas osé... ai-je eu tort ! 

 

Aujourd'hui intéressons-nous au plus connu de tous nos vents hexagonaux; le mistral. Ce vent joue un rôle important de salubrité en asséchant les zones bourbeuses et en chassant la pollution.

 

Mistral. Substantif masculin, prononciation : mi-stral
Étymologie : Mot provençal, dérivé de l'anc. provenç. maestral, de maître. C'est proprement le vent maître. On en parle avec crainte et respect.

Ce vent de couloir catabatique, très froid en hiver, dépasse assez souvent les 100 Km/h. Il se glisse dans "son" sillon rhodanien et atteint la Méditerranée. Son souffle est suivi d'un temps ensoleillé. Il symbolise la Provence. Les méridionaux  l'ont, dans l'idiome occitan, cher à Frédéric Mistral, emprunté à l'ancien provençal maestral "magistral", vent maître (soufflant du nord-ouest)"; cf. le prov. mod. mistral,  maïstrau.

Il symbolise, aussi, la force irrésistible, insurmontable et, parfois, imprévisible de la nature. N'oublions jamais que sans vent il n'y a plus de vie possible sur la Terre mais gare à ses excès.

Le mistral est opposé à l'isséro. Ce substantif d'origine arabe est difficile à trouver dans nos encyclopédies. L'isséro n'est pas valide au scrabble.

 

 _______________________________

 

Le mistral a donné son nom à un train prestigieux qui, il y a ½ siècle, faisait encore rêver.

Il s'inscrit dans l'histoire ferroviaire, de 1950 au 26 septembre 1981, jusqu'à ce qu'un nouveau fleuron, le T.G.V, ne vienne le détrôner. Le Mistral a été un des plus prestigieux trains du monde. On était souvent fiers d'emprunter ce train qui fila d'abord de Paris à Marseille puis en octobre 1952 atteindra Nice.

Au départ il était réservé aux seuls voyageurs de 1ère classe. La société élitiste, à cette époque, avait plus de mal encore qu'aujourd'hui à cohabiter avec les classes populaires.

 

 

 

Le Mistral fut, à ses débuts, un train de luxe.

histoire.trains-en-vadrouille.com

 

D'autres plagiats sont ensuite venus. Citons le Capitole qui était la fierté de nos voisins et amis cadurciens ou le Drapeau auquel tenaient particulièrement les Libournais.

 

Chaque région revendiquait sa géographie ou son histoire ainsi naquit la Flèche d'Or, Golden Arrow pour les Britanniques ", train + bateau" Paris-Nord/Londres-Victoria. L'albatros, La mouette ou La frégate, sur les pas de "la Bête humaine" de Zola, filaient vers Le Havre.  L'Arbalète reliait Paris-Est à Zurich. Il tenait son nom de l'arbalète de Guillaume Tell. La Méditerranée et la Côte d'Azur ont vu bien des trains attrayants dont le Train bleu, le Ligure et d'autres plus populaires, le Phocéen, l'Aquilon, l'Estérel ou le Paris-Côte d'Azur mais aucun n'a atteint l'aura du Mistral. Le rêve bleu à fait naître de grands trains transversaux, Le Flandres-Riviéra qui partait de Calais et le Bordeaux-Riviéra, BR, qui, avec le Bordeaux-Littoral, BL, allaient de l'Atlantique à la Méditerranée.  

 

Je ne parlerai pas, aujourd'hui, le sujet est pourtant plus que passionnant, de tous ces grands trains internationaux qui ont marqué l'histoire ferroviaire. 

 

________________________________

 

Revenons à nos moutons.

 

 

mistral.jpg

 

Vendredi 25 septembre, à Monplaisant, l'association "Entrée des artistes" nous emmènera sur les pas de Frédéric Mistral.

 

Avouez que le fondateur du félibrige n'aurait pas pu souhaiter un patronyme plus adéquat à sa forte personnalité de chantre de la Provence.

 

J'ai toujours été fasciné par la puissance occitane de Frédéric Mistral et je crois que ce ravissement remonte à l'époque de ma préadolescence quand je lisais "Les lettres de mon moulin". Si la plume controversée de Daudet, j'ignorais totalement ses plagiats de Paul Arène et de Joseph Roumanille, me ravissait la modestie profondément plébéienne du conseiller municipal de Maillane, admirateur inconditionnel de la grande Révolution française, me plaisait naturellement bien plus encore.

 

Mistral. Les lettres de mon moulin.jpg

 

 

Daudet voulait présenter son ami, fils d'humbles, mais aisés, "ménagers", [en provençal le "ménager" est un plébéien qui correspondrait dans notre Périgord à un journalier], comme un poète anticonformiste.

Notons que l'on ne se brouille qu'avec des amis. Un orage dévastateur surgit après la pièce, l'Arlésienne, de Daudet. Mistral ne supporta pas le rapprochement avec la tragédie familiale de son neveu qui avait mis fin à ses jours.

 

 

Pierre Fabre.

 

__________________________________________

 

L'association "Entrée des artistes"

vous convie à découvrir la vie et l'oeuvre de Frédéric Mistral,

poète, auteur compositeur, défenseur de la langue occitane,

 fondateur du "Félibrige",

au cours d'une conférence donnée par :

Pierre Martial, vice-président du "Félibrige", de Dordogne.

Vendredi 25 septembre à 18 h, à la salle des fêtes de Monplaisant.

_________

 

Contacts : 05 53 31 91 84

________________

 

 

Frédéric Mistral

porte-parole de l’Occitanie.

 

 

Ce poète français, né en 1830, ayant vécu  au milieu des champs d’oliviers, dans les Alpilles, sera très vite imprégné par le milieu rural , dans lequel la langue provençale se parlait couramment.  A l’âge de douze ans, il rencontre Joseph Roumanille, surveillant dans un établissement scolaire. il le surprendra un jour écrivant des vers en provençal.

 

Après de nombreux succès scolaires, mais aussi une expérience infructueuse de la culture de la terre, Frédéric Mistral créera, avec de jeunes poètes, aux cotés de J. Roumanille, le félibrige, en 1854.

 

Son plus grand chef d’œuvre, Mireille, poème épique en douze chants, donnera lieu à un Opéra mis en œuvre par Charles Gounod.

 

Initiateur d’un dictionnaire bilingue français occitan, fervent défenseur de sa langue par le prestige de la poésie, afin de la réhabiliter, Frédéric Mistral laissera un héritage considérable.

 

 

 

 

 

 

 



17/09/2015
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres