Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Trouvaille dans les alluvions de la Nauze.

 

image 030.jpg

 

Sylvain Bouyssou, aujourd'hui espeletar, gentilé d'Espelette, demeure fongauffiérain de cœur. Si dans sa cité d'adoption, village basque du Labourd, où s'épanche vers la Nive, affluent de l'Adour, de fort jolis et pérennes cours d'eau, Latsa, Zubizabaleta, Mandopixa, Urotxe, Antzara et l'urloko erreka sans oublier le ruisseau de Larre, grossi des ruisseaux de Farrendegi et d'Erdj, qui eux cisèlent le bassin de la Nivelle, modeste fleuve côtier qui se déverse dans l'Atlantique à St Jean de Luz, Sylvain ne manque pas de s'émerveiller en observant ces agrestes cours d'eau mais aucun ne peut lui faire oublier la Nauze qui a pétri son enfance, son adolescence et sa jeunesse.

Sylvain, es qualité d'éducateur, mission naturellement plus que largement partagée avec l'heureuse maman, Alexandra, de Lily-Rose et de Mayloé, ses superbes fillettes, dispose de bien des thèmes au pied du modeste, mais altier, Pic du Mondarrain pour faire partager son émerveillement comme Edmond Rostand, l'auteur de "L'Aiglon", le fit depuis sa villa Arnaga, il y a un siècle.

 

Pour Noël toute la famille est venue se ressourcer au bord de la Nauze. S'il est un ami de la Nauze qui du haut de la fenêtre de sa chambre s'enthousiaste toujours de voir cette petite rivière s'engouffrer sous le Pont des abbesses c'est bien Sylvain. Toujours à l'affut d'un repère ou d'un détail chaque passage de Sylvain à Fongauffier lui permet de souligner à sa Nauze son attachement indéfectible. N'oublions pas que Sylvain, avec son frère Cédric et quelques solides juvéniles compagnons ont extrait du lit de la Nauze deux blocs de grès hématiques, pesant chacun près d'une tonne. Ils ont servi à fixer la descente vers la rivière et à doter l'abord du pont d'un banc rustique. Ce fut une prouesse sportive et aussi le scellement pédagogique d'une page de la petite histoire locale du Pont des Abbesses en témoignage visuel de la fureur de la Nauze lors de sa crue mémorable du 5 septembre 1812.

Pour Noël 2014, ce fut presque un conte, Sylvain, pour sa plus grande joie, découvrit quelques  fragments métalliques dans les alluvions "nauzéens" qui l'interpelèrent.

 

Le plus important semble bien être un morceau de clochette qui devait, vraisemblablement, être porté par un animal d'un troupeau sous l'Ancien Régime. Sans l'attester ce qui permet de le supposer c'est la fleur de lys qui est dessinée sur le métal. S'agissait-il d'une clochette de pastourelle ou de pâtre dépendant des puissantes abbesses de Fongauffier qui, de 1095 à 1792, diligentèrent la vie locale ; bien entendu personne ne pourra l'affirmer ni l'infirmer ! Ce que l'on sait c'est qu'il y avait, jadis, à Fongauffier des indigents, ô combien sympatiques et discrets. Ils n'avaient aucun patrimoine foncier. Ils allaient dans les chemins faire brouter leurs animaux ou sur des landes, jachères ou des friches où ils étaient tolérés. Ces Fongauffiérains là, rustiques et rudes, n'avaient certainement pas les moyens de doter leur modeste cheptel de clochettes ; à fortiori piquées de fleur de lys.

 

Bravo Sylvain pour ta passion pour le terroir. 

 

Cliquez sur l'image pour voir plus précisément la fleur de lys.

 

image 028.jpg

 

Photos Pierre Fabre.



04/01/2015
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres