Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Un premier retour d'expérience du comité des fêtes.

 

SAGELAT

 

Le Comité des fêtes s'est réuni, il y a quelques jours, pour un premier retour d'expérience après la fête réussie du 26 août.

 

 

La comptabilité repose sur trois mots ; le débit, le crédit et le solde. 

 

Les comptes définitifs ne sont pas encore clos, il reste deux ou trois dépenses mineures à régler, mais on peut, d'ores et déjà, dire que le bilan sera correct. À la grande surprise de tous celui-ci ne dégagera, cependant, pas un "bénéfice" important. Pourquoi ? Il n'y avait que trois postes générateurs de recettes, les repas, la buvette et, dans une moindre mesure, le rampeau qui était symbolique. Le nombre de gratuités logiques et naturelles, exposants, bénévoles et partenaires, faisait que le résultat, forcément, était infléchi.

 

Les bénévoles ont été, un peu, débordés devant l'affluence au repas et on a pu pointer quelques petits dysfonctionnements mineurs imperceptibles pour les convives. Ce qui servira pour l'avenir c'est qu'il faudra se limiter impérativement au nombre de repas servis ; sans ajustements perturbateurs de dernière minute. On ne peut gérer qualitativement un important repas que s'il est bien ciblé. Les retardataires, pour les prochaines festivités, seront invités à se tourner vers la restauration rapide pour ne pas compliquer le service.

 

Quelques choix, au niveau de la logistique, ont suscité des réflexions pour l'an prochain. Par ailleurs il a été convenu de doter la buvette d'une caisse autonome pour éviter la navette des tickets.

 

Tous ces points relèvent, cependant, du détail et cette renaissance a été un succès incontestable.

 

Qui faut-il remercier pour le Comité des fêtes ? Les prestataires de cette fête, les jeunes artistes bénévoles et les Galapians daglanais, ils nous ont bien fait rire, les exposants, tous les autres bénévoles qui ont pris part à cette manifestation. Accordons néanmoins un coup de chapeau pointé à Dominique Garrouty qui a illuminé avec son feu d'artifice d'exception, à Francis d'Angélo ainsi qu'à sa partenaire Marie-Noëlle Faure qui, dans la cabane gastronomique, se sont bien chauffés et réchauffés, pendant de longues heures, autour des braseros, à Thierry Lapeyre qui a superbement monté des installations de paille, dont le totem et le tracteur et à Paul-Marie Chaumel qui a sonorisé la journée. Tous les autres se reconnaîtront.  





19/09/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres