Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Un salon du livre inédit.

 

 

PREMIER SALON DU LIVRE

DE MONPLAISANT

ORGANISÉ PAR LA BIBLIOTHEQUE

DE MONPLAISANT

 

À LA SALLE DES FÊTES

 DE MONPLAISANT

SAMEDI 5 DÉCEMBRE 2015

 DE 10 HEURES À 18 HEURES

 

 

Afficher l'image d'origine

 

AUTEURS DE LIVRES POUR ENFANTS

ET AUTEURS REGIONAUX

 

 

Auteurs.jpg

 

 

Francis Annet, Monique Audivert, Jean Bonnefon, Michel Carcenac, Daniel Chavaroche, Jean-Matthieu Clôt, Antoine Coutou, Gérard Fayolle, Corinne Ginestet, Georges Gareyte, Miton Gossare, Jean-Louis Perrier, Bernard Saillol, Jacques Tardieu.

 

VENTE DE MARQUE-PAGES

AU PROFIT DU TELETHON 2015

 


 

 

C'est avec un immense plaisir que je salue cette initiative monplaisanaise. Monplaisant est, tout naturellement, avec Sagelat, la commune que, par mes racines maternelles, j'affectionne le plus. Qu'il me soit permis de souligner le travail de Marie-Claude Ribatet, bibliothécaire bénévole! Elle se dévoue avec tant d'opiniâtreté pour donner à notre ruralité l'épanouissement culturel  qui était, jadis, l'apanage de la seule élite.

 

En se déplaçant à Monplaisant, les fines plumes qui honoreront de leur présence cette manifestation, viendront non seulement pour se faire connaître mais, plus encore, pour affirmer, avec modestie et lucidité, que nos plus petites entités sont accessibles au rayonnement culturel qu'apporte la lecture.

 

Il est indispensable, pour maintenir une pérennité littéraire bien malmenée par la modernité, de lire nos romanciers contemporains car nous savons tous que le talent a besoin de reconnaissance. Tant de plumes, d'une qualité hors du commun, sont, aujourd'hui, en passe de sombrer dans l'oubli ! Il devient, par exemple, de plus en plus difficile de trouver les ouvrages de Maxence van der Meersch, d'Henry Bordeaux et même de Gilbert Cesbron. Pire, par manque d’audience dans le lectorat, leurs œuvres sont trop souvent retirées des bibliothèques surchargées.

 

 

En allant au premier salon du livre de Monplaisant vous démontrerez, d’une part, votre satisfaction de voir un investissement culturel de la ruralité profonde s’affirmer et, d’autre part, que les plumes locales ou régionales ont une âme qu'il est indispensable de soigner.

 


 

P.F 

 

 

 



26/11/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres