Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Une hôtesse de la ruralité.

 

 

 

PESSET

 

Vous avez certainement remarqué que notre belle langue comporte des subtilités de fond et de forme et les exemples ne manquent pas.

 

Attardons nous aujourd'hui sur le substantif hôte. Il désigne tout autant la personne invitée que celle qui invite. Dans les deux cas de figure on reste l'hôte de l'hôte. En  phraséologie ce cas de figure s'apparente ou est "apparentable" aux mots éniantosémie, éniantosémique, éniantosème ou antagonyme,  contranymes. Qu'il me soit permis de préférer contronyme [de l'anglais "contronym"] qui, en linguistique, s'applique à un mot qui signifie une chose et son contraire. On pourrait dire que le tyranique et ambitieux général félon qui assassina notre Première République, fut, à Sainte Hélène, l'hôte de Hudson Lowe. Là nous ne sommes plus dans les finesses de l'étymologie mais dans les différenciations de l'histoire.

 

Aujourd'hui ce blog va s'intéresser au rôle de l'hôtesse de la chambre d'hôte. Au passage nous remarquons que si l'hôte se prête parfaitement à la contronymie on l'imagine moins ou pas du tout pour l'hôtesse c'est une autre subtilité de notre langue. Certains féminins surgissent naturellement d'autres non. On suit parfaitement le féminin de pourvoyeur en pourvoyeuse mais on sourirait, ou on s'indignerait, si, par lapsus, un locuteur usait, par analogie facile, d'un féminin pratique à entraîneur pour désigner la jeune sportive qui manage les adolescents au club nautique.

 

Copie de CIMG9477.JPG

 

Revenons donc à nos moutons.

 

Les chambres d'hôtes sont des chambres meublées situées chez l'habitant en vue d'accueillir des touristes, à titre onéreux, pour une ou plusieurs nuitées avec le petit déjeuner et pouvant être assorties de prestations.

L'activité de location de chambres d'hôtes a d'autres appellations telles que gîte". Lafontaine parlait du gîte et du couvert. Jean de la Fontaine est né en 1621 à Château-Thierry dans une famille de notables. ... et son épouse chez qui il décédera lui assureront le gîte et le couvert.

Les chambres d'hôtes sont apparues en Europe centrale au XIXème siècle, et se sont développées, comme les gîtes ruraux, dans la seconde moitié du XXème siècle. Les chambres d'hôtes qui proposaient initialement une forme de tourisme rural en complément d'une activité agricole se développent maintenant aussi en ville.

L'histoire des chambres d'hôtes se perd dans la nuit des temps et, depuis le Concile d'Aix-la-Chapelle en 817, se confond avec celles de l'accueil dans les institutions religieuses où s'imposait la discipline monastique.

Les chambres d'ôte de notre temps n'ont plus grand-chose à voir avec cette pratique.

 

Qui fréquente les chambres d'hôtes. La diversité de la gamme des chambres d'hôtes fait que l'on peut y trouver pratiquement toutes les catégories sociales. Attention une chambre d'hôte n'est pas forcément plus économique qu'une chambre d'hôtel. Ce n'est pas la même prestation ni la même catégorie. La noble corporation des hôteliers, tout au moins pour les plus modestes d'entre eux, sait accueillir et donner à leurs hôtes de bon souvenirs. Pensons aux personnes qui, pour des nécessités professionnelles, ont du recourir à leurs prestations, plus ou moins longues, qui ont, pratiquement, fait partie de la famille pour les pensionnaires de longue durée.

On va dans une chambre d'hôte pour une nuitée, voire pour une période de vacances,  et, là, on profite du calme et aussi des aptitudes de l'hôtesse à concocter de gentils repas le soir après une escapade touristique dans le voisinage ou, par exemple, lors d'une manifestation sportive lorsque tous les hôtels affichent "complet".

 

Les qualités d'une bonne hôtesse. Elles sont multiples. L'hôtesse doit pouvoir accompagner ses hôtes dans leur recherche de références touristiques. Il est bon qu'elle maîtrise l'histoire locale, qu'elle puisse, lors d'une veillée, animer un petit groupe avide de connaître le village où ils passent fugitivement. L'hôtesse peut, elle-même être la guide d'une escapade dans les environs pour la visite d'un village, d'un lieu touristique imparfaitement connu, d'un édifice  ou d'un musée.

 

Et Annick dans ce schéma. Annick s'est tournée, par nécessité, vers les chambres d'hôtes parce qu'elle est un peu tout cela. Elle a travaillé de nombreuses années dans le tourisme et se trouve parfaitement à l'aise pour expliquer l'histoire locale, faire visiter Belvès, pointer les richesses touristiques du voisinage et sait donner à sa table les reliefs périgordins avec une pointe de complémentarité normande, Annick nous vient des confins du Vexin et de l'Eure. Sa table unit les terres d'Oïl aux terres d'Oc.

Annick souffre de la sous-utilisation de ses chambres et aimerait bien accueillir davantage.

 

Contact 06 73 52 96 90 annickbeauvais@orange.fr

 



05/09/2015
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 194 autres membres