Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Une surprenante note architecturale.

 

 

MONPLAISANT

 

 

Le village de Fongauffier, dont le peuplement doit remonter à la bien lointaine époque du Néolithique, -et dont le découpage cadastral apparaît être un raffinement extrême de perversité- comporte une partie monplaisanaise plus récente que la partie sagelacoise.

 

Pour faire simple disons que la partie sagelacoise correspond au legs ancestral du village abbatial et que la partie monplaisanaise est apparue avec l'arrivée du chemin de fer dont nous allons fêter, au cours de l'été, le cent-cinquantenaire.

 

Il demeure, néanmoins, deux exceptions les deux maisons qui présentent un encorbellement très à la mode de l'époque gallo-romaine et au Moyen-Âge, dont l'implantation, assurément, est antérieure à la grande Révolution.

 

Ces deux maisons, par leur non alignement et par leur positionnement par rapport à la route, indiquent que l'actuelle R.D 710, ex R.N Ribérac-Fumel, et ancienne R.D 11 Périgueux-Cahors, est récente, première partie de XIXème siècle, dans le décor fongauffiérain.

 

La maison la plus reculée de la route, actuellement en cours de réhabilitation, maître d'oeuvre Didier Tougeron, donnera à ce particularisme architectural, en s'inspirant d'un style médiéval languedocien, une belle note de sauvegarde patrimoniale.

 

Texte et photo Pierre Fabre.

 



12/04/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres