Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

55 ans de vie publique locale.

 

St PARDOUX & VIELVIC

 

Le mai du Bournat.

 

DSC06471.JPG

Roger et sa famille au pied de son mai. Photo Brigitte Lacroix-Despland. 

 

Quand Roger Veyrière, après ses servitudes militaires, s'installa autour de la table du conseil municipal il ne pensait probablement pas que huit réélections suivraient.

 

Quel signe de confiance de la part de ses concitoyens !

 

Que se passa-t-il sur notre planète depuis 1959; tant de chose... Les Soviétiques se sont lancés dans l'espace suivis des Américains. L'homme a marché sur la Lune. La décolonisation, enfin, avançait à grands pas en Afrique. On a vu quelques dictatures naître, puis s'éteindre, notamment en Amérique latine, des monarchies s'effondrer, le honteux et hideux Mur de Berlin, pièce du Rideau de fer, s'ériger puis tomber, le président du plus puissant pays du monde être assassiné, la Maison Blanche passer à un président qui n'est plus un blanc, le Vatican s'ouvrir à des pontifes non italiens, et, plus inquiétant que tout le reste, une montée d'intégrisme terrorisant le monde.

Cette période a vu des progrès remarquables dans les sciences ; on opère à cœur ouvert ou en utilisant l'informatique. Les T.G.V sont devenus capables de surpasser les 300 Km/h en vitesse commerciale. Les transports individuels et l'industrie aéronautique poursuivent, chaque jour davantage, le saccage de notre environnement.  Les énergies fossiles s'épuisent et le gâchis des terres agricoles continue ; plus d'autoroutes, plus de terrains de golf, mais moins de  jardins et moins de forêts de feuillus. Les tsunamis, les cyclones, les séismes et les éruptions volcaniques rappellent toujours que les éléments demeurent plus forts que les plus puissants de la planète.  La sécheresse progresse et les sources tarissent les unes après les autres. Enfin, à grand peine "on" commence à penser que notre planète est d'une grande fragilité et certains tirent des sonnettes d'alarme sur les risques énormes d'installations, ô combien dangereuses, comme Tchernobyl.

Les grands de ce monde coûtent de plus en plus cher pour la culture de leur ego. Si le pourcentage d'affamés se réduit le nombre, lui, augmente, hélas, inexorablement au sein des sept milliards de terriens.

 

Tels sont quelques grands traits de notre observation sur la période de 55 ans concomitante aux neuf mandatures de notre ami Roger Veyrière qui, bien entendu, ne peut, comme nous tous, qu'être le spectateur inquiet des problématiques de notre temps.

 

Samedi 31 mai, au Bournat, les amis de Roger ont rendu hommage à l'élu qui jamais ne se déroba. Gérard Biou, le maire, dans son discours a parfaitement su retracer l'action de Roger avant le pot de l'amitié.

Un invité absent non excusé : votre humble serviteur qui s'est fourvoyé dans la date.

 

_______________________________________ 

 

Chers  amis, en cette journée de plantation des Mais des nouveaux élus au Conseil Municipal, il n'était pas possible de ne pas célébrer  plus d'un demi siècle de dévouement assidu et constant à ce Conseil de notre commune.

 

Il faut bien comprendre  qu'à  l'époque  de cette  énorme EUROPE  et de la mondialisation,  ce  n'est  pas  le  poids dérisoire  de  nos  finances  ou  de  notre  population  qui    peut  justifier  la  survie  de  notre  commune  rurale. Seuls  la  solidarité  de  ses  habitants,  et leur sentiment  d'appartenir à une  même communauté  sociale  peuvent permettre à notre commune  de conserver  son  identité.

Les Communautés de Communes sont et vont continuer à être regroupées, les conseils généraux des départements vont disparaître au profit des régions qui vont être regroupées, où seront nous dans cet immense  centralisation administrative, sans le dévouement de chacun au service des habitants de notre village.

 

Quel exemple nous donne aujourd'hui Roger, qui a choisi de prendre sa retraite du Conseil qu'après 55 années de bons et loyaux services.

 

J'ai décoré Roger du MERITE  COMMUNAL  ET  DEPARTEMENTAL,  en  2009. Et c'est donc avec  beaucoup de plaisir que j'ai  l'honneur de procéder aujourd'hui à la remise du diplôme de citoyen d'Honneur de notre commune.

 

Mais avant cela, je voudrais  vous  confirmer  qu'en  effet, cet hommage est largement mérité. Outre la durée exceptionnelle de ses mandats il y a surtout la qualité du service.

Roger, pendant ces 55 ans,  dont  je n'ai connu que la seconde moitié, a toujours été la cheville ouvrière du conseil. Toujours sage et raisonné dans ses avis par la force de son expérience  des   choses  et  des  hommes.

Il ne s'arrête pas à la parole, il y joint les actes: le tracteur, la tondeuse, la tronçonneuse, la hachette ou  le marteau en main, il prépare les Mais, répare la menuiserie de la commune, prépare la fête, entretien les abords des églises, s'occupe des cimetières (dont la qualité de l'entretien a fait l'objet à plusieurs reprise des félicitations appuyées de M. Le Curé), fabrique des objets indispensables les plus divers, sa dextérité et sa minutie font toujours merveille.

 

Merci donc au nom de tous, pour ton dévouement discret mais constant et efficace qui j'espère va se poursuivre de nombreuses années encore même si tu ne participe plus au conseil.

 

Alors, en présence de nos invités qui apprécient autant  que  moi  cette  occasion  de  nous  retrouver amicalement, je te remets cette marque honorifique et amicale de tes concitoyens.

 



08/06/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres