Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Election municipale partielle.

CLADECH

 

 

La vie citoyenne de Cladech sait, parfois, être agitée.

 

Cladech, toute petite commune du canton, a perdu son maire, Richard Barland, le 11 décembre dernier.

 

Afin que le conseil municipal puisse choisir, en son sein, quels (ou quelles) élus (élues) pourront légitimement ceindre les écharpes de maire et de maires-adjoints, les Cladechois vont donc, à nouveau, devoir élire un conseiller municipal, ce dimanche 29 janvier pour compléter l'assemblée communale.

 

Cladech une commune où l'on vote beaucoup. Cladech présente quelques particularités. La vie citoyenne à Cladech ne s'écoule pas, forcément, comme un long fleuve tranquille. Dans les toutes petites communes, de l'importance de Cladech, souvent la vie municipale apparaît comme un consensus et les listes uniques, sans la moindre opposition, sont fréquentes. Ce n'est pas le cas à Cladech où, par trois fois, depuis la Libération, l'exécutif municipal a changé de mains par revers électoraux.

Ces changements n'épousent pas forcément les glissements majoritaires du pays. Les maires de Cladech, officiellement sans étiquette, ont été reconnus, à tort ou à raison, comme proche de la S.F.I.O, puis du P.C, puis du P.S, pour revenir à une gauche plus affirmée avant de retourner à un "apolitisme feutré".

Au cours de l'actuelle mandature quelques démissions ont même du provoquer une élection municipale partielle et l'on pensait, jusqu'au décès de Richard Barland, que Cladech attendrait les prochaines échéances pour, éventuellement, en découdre à nouveau.

Autre particularité Cladech est certainement une des rares communes de France où, pour les dernières présidentielles*, on a voté à 100 %.

 

Le duel de dimanche. Ce dimanche, pour cet éventuel tour unique, deux candidats sollicitent les suffrages des Cladechois ; Jacques Allègre et Denis Monribot. Tous les deux, officiellement, concourent sans étiquette.

Pour être élu au premier tour il faut obtenir la double condition d'avoir, primo, au moins le quart des inscrits et, secundo, la majorité absolue par rapport aux exprimés. Rien n'est joué !

Dans les petites communes, où le scrutin est libre, n'importe quel électeur éligible peut être élu, et cela s'est vu, même s'il n'est pas candidat, s'il remplit la double condition ci-dessus. Rappelons qu'au second tour, éventuel, en cas d'égalité, la victoire échoit, au bénéfice de l'âge, au plus âgé de ceux qui sont à départager.

 

Qui sera maire et maires-adjoints. Quand le conseil municipal sera complet, c'est-à-dire à partir de dimanche ou du dimanche suivant, il faudra prévoir l'organisation, dans le délai de la semaine, entre le jeudi soir et le dimanche, de la séance d'élection du maire et des maires-adjoints. Le premier maire-adjoint, ou son délégué, limitera son rôle à installer le nouvel élu. Le doyen d'âge, en principe, sauf rétractation, -et dans cette hypothèse on procède par glissement-Michel Francès, présidera la première partie de la séance jusqu'à l'élection du maire. Ensuite il s'effacera, sauf, naturellement, si c'est lui qui prend l'écharpe de premier magistrat, pour que le nouveau maire fasse procéder à l'élection des maires-adjoints.

 

* Pour mémoire rappelons que Cladech, à la dernière présidentielle, avait voté majoritairement pour la mitterrandiste avec, 48,10 % au premier tour, et 69,33 % des suffrages au second tour.    

 



27/01/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres