Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

L'aïeule.

 

 

Le 21 octobre ce blog vous a présenté une de ses lectrices assidues dont la plume fertile nous fait partager ses souvenirs et ses émotions de jeunesse.

 

Aujourd'hui Huguette revient vers nous avec une belle poésie qu'elle rédigea, en 1988, pour rendre hommage à sa grand mère paternelle.

 

Ce prône rétrospectif, au delà de cette grand mère, qui n'est plus depuis près d'un demi-siècle, est  un peu destiné à tous les aïeuls qui restent, naturellement, dans nos coeurs.  

 

 Huguette Tissandié


 

        L'aïeule.

 

Elle était douce et discrète,

Belle sous son mouchoir de tête.

Elle n'était jamais fâchée,

On pouvait tout lui raconter.

Sans rien dire elle avait appris

À tout accepter de la vie,

Et il y avait dans celle-ci,

Quelque bonheur mais grands soucis.

Elle est partie, tout doucement,

Sans se plaindre, c'est évident.

J'ai pleuré fort, de tout mon être,

J'avais mal, c'était ma grand mère !


Ce jour est bien loin et pourtant

Je l'aime encore tout autant ;

 

Et dans chaque bouquet que je vais lui offrir,

Je mets tout mon amour qui ne veut pas mourir.

 

 



 



03/11/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres