Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

L'allitération d'Huguette.

 

 

 

Mon amie Huguette Tissandier-Grenier, s'est retirée, pour la mauvaise saison, à Tarbes, la bonne ville de Théophile Gautier. Comme les cigales elle reviendra au temps chaud mais, néanmoins, en attendant elle surveille, à distance, le niveau des ondes du Moulin du Pont. Comme Jules Laforgue, dans cette cité bigourdane, elle taquine la muse et, par ailleurs, elle s'est intéressée aux dictées du Téléthon qu'elle a trouvées... bien corsées.

 

Aujourd'hui elle me propose son allitération et me demande ce que j'en pense.

 

Huguette Tissandié-Grenier.JPG
 

 

Circé sent sur son sein

Passer un vent qui glisse.

Nourrie de noirs desseins

Elle pense à Ulysse.

 

 

Je n'ai aucun avis autorisé, pour estimer les paramétrages de la poésie, cependant la tournure de ses vers me paraît, certes, poétique et adroite, voire excellente. Qu'il me soit permis d'avouer bien humblement que vraisemblablement, dans une autre vie, j'ai été amené à entendre parler d'allitération, la répétition d'une sonorité, mais je n'en ai aucune souvenance précise. Que X Archambalt, notre professeur de français, par ailleurs joueur de rugby aux Sangliers de Belvès, veuille bien excuser cet oubli. De toute manière l'allitération n'était pas de mise dans ma jeunesse lorsque je manoeuvrais dans les faisceaux du Landy, chantier de formation des trains de grandes lignes de Paris-Nord, ni quelques mois plus tard, quand je dus manœuvrer les scialytiques du bloc opératoire de l'Hôpital militaire Legouest de Metz. Les ordres impératifs reçus [tire au signal, refoule voie 42 ou Kocher, catgut...], n'avaient nullement pour finalité d'être discutés et, pas davantage, de se prêter à d'adroites figures de style ou de jeux de mots empreints de lyrisme.

 

C'est bien Huguette tu épates l'inculte ignorant que je suis !

 

Au sein du lectorat de ce blog je sais qu'il y a de fins lettrés, observateurs pointilleux de notre langue, et il n'est pas impossible que ton allitération appelle un, ou plusieurs, commentaire(s).

 

En attendant, chère Huguette, passe de très bonnes fêtes en famille.

 

____________________________________________________________

 

Nous connaissons tous des allitérations ; souvent sans savoir que ces figures de styles s'appellent ainsi.

 

 

Allitération — Wikipédia

 

fr.wikipedia.org/wiki/Allitération
 
 
Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes ? » Andromaque de Racine (acte V, scène 5), vise une harmonie imitative : reproduction du bruit du serpent ...

 

 

_______________________________________________________________

 

 

 

JOUONS AVEC LA LANGUE !

 

Claude Gagnière, dans "AU BONHEUR DES MOTS" nous invite à jouer  !

 

IMPOSSIBLE À PRONONCER !

 

    - Les chaussettes de l'archiduchesse sont-elles sèches?  Archi-sèches ?

 

    - Un chasseur sachant chasser doit savoir chasser sans son chien. 
( d'où le slogan : André, un chausseur sachant chausser !)

 

    - Cinq chiens chassent six chats.

 

    - Di-moi gros gras grand grain d'orge, 
       quand te dé-gros-gras-grand-grain-d'orgeriseras-tu? 
       Je me dé-gros-gras-grand-grain-d'orgeriserai 
       quand tous les gros gras grands grains d'orge 
       se seront dé-gros-gras-grand-grain-d'orgerisés. 
(idem avec petit pot de beurre)

 

    - Pourquoi les alliés ne se désolidariseraient-ils pas ?

 

    - Suis-je bien chez ce cher Serge?

 

     - Seize jacinthes sèchent dans seize sachets secs.

 

    -  La roue sur la rue roule; la rue sous la roue reste.

 

    - Trois gros rats gris dans trois gros trous ronds rongent trois gros croûtons ronds.

 

    - Si six scies scient six cyprès, alors combien de scies scient six cent six cyprès ?

 

    - Je troque trente trucs turcs contre treize textes tchèques. 
  
 

 

IMPOSSIBLE À RÉPÉTER ! 
    - Panier, piano, ... 
    - Pruneau cuit, pruneau cru, ... 
    - Poche plate, plate poche, ... 
    - Je veux et j'exige d'exquises excuses ... 
    - Trois petites truites crues, ... 
    - As tu été à Tahiti? ... 
    - Levallois Clichy 
    - Un dragon gradé dégrade un gradé dragon, ... 
    -  Trois tortues trottaient sur un trottoir très étroit, ... 
    - Son chat chante sa chanson, ... 
    - Chouette chaussures! ... 
    - Douze douches douces, ... 
    - Un plein plat de blé pilé, ... 
    - Six saucisses sèches, ... 
    - Seize chaises sèchent, ... 
    - Fruits frais, fruits frits, fruits cuits, fruits crus. 
    - Jésus loge chez Zachée, ....

 

CONTREPÈTERIE PAR RÉPÉTITION

 

    - L'abeille coule, l'abeille coule, l'abeille coule, ...

 

    - La grosse cloche sonne.

 

    - compter, compter, compter, ....

 

    - Oh ! le sale !, Oh ! le sale !, Oh ! le sale !, ...

 

    - Hop ! La salle !, Hop ! La salle !, Hop ! La salle !, ...

 

    - truite crue, truite cuite,... 
 

 

INCOMPRÉHENSIBLE EN APPARENCE

 

      - Où niche la pie? La pie niche haut. 
        Où niche l'oie? L'oie niche bas. 
        Où niche l'hibou? L'hibou niche ni haut ni bas : l'hibou niche au chaud ou niche pas.

 

    - Tas de riz, tas de rats. 
      Tas de riz tentant, tas de rats tentés. 
      Tas de riz tentant tenta tas de rats tentés. 
      Tas de rats tentés tâta tas de riz tentant.

 

    - Si mon tonton tond ton tonton, ton tonton est tondu par mon tonton, 
    Si ma tata tâte ta tata, ta tata est tâtée par ma tata.

 

    - Mémémé mèmèmè papapa 
(mes mémés m'aimaient mais pas papa)

 

    - Rat vit riz, 
       Rat mit patte à ras, 
       Rat mit patte à riz, 
       Riz cuit patte à rat.

 

    - Chat vit rôt. 
      Rôt plut à chat. 
      Chat mit patte à rôt. 
      Rôt brûla patte à chat. 
      Chat retira patte et quitta rôt.

 

    - Latte ôtée, trou au toit 
       Latte remise, trou y'a p(l)us.

 

    - latoté murgaté troucifi rassimi chalipri 
    (latte ôtée, mur gâté, trou s'y fit, rat s'y mit, chat l'y prit.)

 

    - murusé troucifé rassimè 
    (Mur usé, trou s'y fait, rat s'y met)

 

    - Ton tontonté tatioté tatou (Tonton, ton thé t'a-t-il ôté ta toux ?) 
    - Cabu lanokay, okay lanabulo (Qu'à bu l'âne au quai? Au quai, l'âne a bu l'eau). 
     - Yamamoto kadératé (Y'a ma moto qu'a des ratés) 
    -  Takati takité (Ta cathy t'as quitté ?)

 

    -  Le blé s'moud-il ? L'habit s'coud-il? 
      Oui l'blé s'moud, l'habit s'coud.

 

    -  Vos laitues naissent-elles? 
      Oui, mes laitues naissent. 
      Si vos laitues naissent, 
      Mes laitues naîtront.

 

    - Ah pourquoi Pépita sans répit m'épies-tu, 
    Dans le puits Pépita pourquoi te tapis-tu 
    Tu m'épies sans pitié, c'est piteux de m'épier 
    De m'épier Pépita, pourrais-tu te passer ? (en alexandrins!)

 

    - L'Arabe Ali est mort au lit. 
      Moralité : Maure Ali, t'es mort alité.

 

    - Tu t'entêtes à tout tenter, tu t'uses et tu te tues à tant t'entêter.

 

    - C'est pas beau, mais tentant, de tenter de tâter, de téter les tétons de tata quand tonton n'est pas là.

 

    - Marcel porc tua ; sel n'y mit, vers s'y mit : porc gâta.

 

    - Monter des cendres, et descendre mon thé ! 
 

 

RÉPÉTITIONS DE SONS

 

    - Quand un cordier cordant doit accorder sa corde, 
      Pour sa corde accorder six cordons il accorde, 
      Mais si l'un des cordons de la corde décorde, 
      Le cordon décordé fait décorder la corde, 
      Que le cordier cordant avait mal accordée.

 

    - Chez les Papous il y a des Papous papas, des Papous pas papas, des Papous à poux et des Papous pas à poux. 
    Donc chez les Papous il y a  : 
        - des Papous papas à poux 
        - des Papous papas pas à poux 
        - des Papous pas papas à poux 
        - et des Papous pas papas pas à poux.

 

    - Didon dîna, dit-on, de dix dos dodus de dix dodus dindons. 
    - Didon, dit-on, dota Didot d'un doux dindon dadais dodu du dos

 

    - Si six scies scient six cyprès, 
      Six cent six scies scient six cent six cyprès.

 

    - Cette taxe fixe excessive est fixée exprès à Aix par le fisc.

 

    -  La pipe au papa du Pape Pie pue (Prévert).

 

     - Que lit Lili sous ces lilas là? Lili lit l'Iliade.

 

    -  Dans ta tente ta tante t'attend.

 

    - Angèle et Gilles en gilet gèlent.

 

    - Natacha n'attacha pas son chat Pacha qui s'échappa, ce qui fâcha Sacha. Sachant sa chatte pas chaste, Sacha s'attacha à chasser ce chat Pacha !

 

    - L'assassin sur son sein suçait son sang sans cesse.

 

    -  Que c'est crevant de voir crever une crevette sur la cravate d'un homme crevé dans une crevasse.

 

    - Como como ? Como como como ! (en espagnol et en portugais : Comment je mange ? Je mange comme je mange !)

 

    - C'est là que les Athéniens s'atteignirent, 
       que les Perses se percèrent, 
       que les Satrapes s'attrapèrent, 
        et que les Mèdes s'emmerdèrent...

 

    - Qu'a ouï l'ouïe de l'oie de Louis ? 
         Elle a ouï ce que toute oie oit...  (Raymond Devos)

 

HOMONYMES

 

    - Il était une fois, une marchande de foie qui vendait du foie dans la ville de 
      Foix. Elle m'a dit "ma foi, c'est la dernière fois que je vends du foie dans la 
      ville de Foix.

 

    - Ce ver vert sévère sait verser ses verres verts (ou : les vers verts levèrent le verre vert vers le ver vert).

 

    - Trois gros rats gris dans trois gros trous ronds rongent trois gros 
      croûtons ronds.

 

    - Il m'eût plus plu qu'il plût plus tôt.

 

QUASI HOMONYMES 
    - Un pâtissier qui pâtissait chez un tapissier qui tapissait, 
    dit un jour au tapissier qui tapissait : 
    vaut-il mieux pâtisser chez un tapissier qui tapisse 
    ou tapisser chez un pâtissier qui pâtisse?

 

    -  Poisson sans boisson, c'est poison !

 

JEUX DE MOTS

 

    - Mon père est maire de Mamers et mon frère est masseur (et j'ai des frères qui bégayent, car Mamère est maire de Bègles !).

 

DOUBLE SENS (OLORIMES)

 

    - Le général Joffrin nous dit: A Toul, ai perdu mon dentier. 
    En général j'offre un outil à tous les pères du monde entier.

 

    - Gal, amant de la reine, alla, tour magnanime, 
      galamment de l'arène à la tour Magne à Nîmes.

 

    - Viens dans mon sein doux pour y goûter la vie d'ange. 
      Viens dans mon saindoux pourri, goûter la vidange.

 

    - Les jeux de mots laids sont pour les gens bêtes, 
      Les jeux de mollets sont pour les jambettes.

 

    - étonnamment monotone et lasse 
    est ton âme en mon automne, hélas!

 

    -Et ma blême araignée, ogre illogique et las, 
      aimable, aime à régner au gris logis qu'elle a !

 

mon premier est un oiseau 
mon second : ce que dit à son père le fils Dumas quand il veut que ses gens regarde l'heure par le trou de la serrure 
mon tout est ce qui dit un parisien en rentrant de promenade le dimanche

 

Geai 
Père Dumas, montre à nos gens l'heure au trou ! 
(J'ai perdu ma montre à Nogent le Rotrou)

 

Rajoutez en !

 

Regardez-les en d'autres langues :

 

www.uebersetzung.at/twister/index.htm

 



http://mapage.noos.fr/r.ferreol/langage/archiduchesse.html



15/12/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 196 autres membres