Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

L'escapade des marcheurs en Barousse.

 

La barrière naturelle des Pyrénées, au niveau historique, est une ceinture de micro-états que l'ambitieux Gaston III de Foix-Béarn (1331-1391), dit Phébus ou Phœbus, tenta d'unifier et d'où nous vient notre bel hymne, le mélodieux "Se canto" qui fait vibrer les occitanistes. Trois pays se partagent ces belles  Pyrénées et la France, de la Catalogne au Pays Basque, a placé dans six départements ces entités montagnardes. Citons le Couseran, le Comminges, la Barousse, les Baronnies, la Bigorre, le Lavedan et le Béarn qui hérite de la Navarre française.   

Les Pyrénées ont toujours fasciné  par le regard que l'on a sur cette superbe barrière dont la petite histoire voudrait qu'elle ait disparu lors du mariage de  Louis XIV avec l'infante.

Voltaire aurait prononcé ces mots parlant de la succession au trône d'Espagne. 

Explication de l'ambassadeur espagnol Castel Rodrigo.

Après la mort du roi d’Espagne Charles II, le 1er novembre 1700, Louis XIV, marié à Marie-Thérèse d’Espagne, accepte le testament du défunt. L’héritier du trône vacant est son propre petit-fils, le duc d’Anjou, désormais appelé Philippe V.

"Soyez bon Espagnol, lui conseilla Louis XIV avant son départ pour Madrid, le 16 novembre. C’est présentement, votre premier devoir. Mais, souvenez-vous que vous êtes né Français, pour entretenir l’union entre les deux nations. C’est le moyen de les rendre heureuses et de conserver la paix de l’Europe". 

Le duc de Saint-Simon, qui rapporte ces propos, ne mentionne pas la célèbre exclamation. C’est une publication mensuelle, Le Mercure galant, qui la reproduit : l’ambassadeur espagnol, marquis de Castel Rodrigo, s’écria avec enthousiasme : « Quelle joie ! Il n’y a plus de Pyrénées ! Elles sont abîmées et nous ne sommes plus qu’un ! »
Dangeau, dans son Journal, donne une autre version : «Les Pyrénées sont fondues ! »

Voltaire, qui n’hésitait pas à améliorer les faits, attribua la formule au Roi-Soleil lui-même, dans son Siècle de Louis XIV publié cinquante ans plus tard. Le livre a connu un tel succès qu’on a longtemps colporté cette version.

 

_________________________

 

 

Profitons de l'Encyclopédie Wikipédia pour jeter un regard sur la Barousse. Les Sentiers d'antan l'ont parcouru lors de cette fin d'été. Les talents photographiques d'Édith Malassagne et Bernard Malhache nous font revivre cette balade sportive et écologique.

 

La Barousse est une vallée pyrénéenne du Sud-Ouest de la France, comprenant la vallée de l'Ourse, un affluent gauche de la Garonne, dans le département des Hautes-Pyrénées et la petite vallée de Siradan.

Les principales cités sont Loures-Barousse et Mauléon-Barousse.

Toponymie

Son nom, d'un gascon pré-latin Barroça, est basé sur la racine basque ibar qui signifie « vallée » et d’une variante fermée du suffixe toponymique -oç]. D'autres ont proposé d'y voir le nom « Ourse » de la rivière.

Le fond linguistique basque est bien perceptible au travers de toponymes comme l'OurseLoures-BarousseIzaourtSarpOurdeEsbareichSost

Les Romains ont laissé des noms de domaines comme AntichanSamuran.

On entend la langue gasconne dans les noms de Créchets (petit précipice), Bramevaque (meugle vache), Troubat (trouvé ?) ou Cazarilh (petit hameau).

Le nom d'Ilheu rappelle celui de la vallée d'Ilhéou.

 

Topographie. 

La Barousse correspond principalement au bassin de l'Ourse, au nord-est du Mont Né (2 147 m). Elle s'insère entre les vallées de la Pique, à l'est, et celle du Nistos, au nord-ouest. Elle débouche sur la vallée de laGaronne à hauteur de Barbazan. La petite vallée de Siradan, qui rejoint directement la Garonne depuis le plateau de Cazarilh, est également baroussaise, aucun obstacle significatif ne la séparant de la vallée principale.

La vallée n'est pas une voie de communication même si le port de Balès (1 755 m) permet de rejoindre la vallée d'Oueil dans le Luchonnais, au sud.

 

Géologie

Il y a 50 000 à 60 000 ans, la vallée a été envahie par le glacier de la Garonne comme en témoignent d'imposants dépôts glaciaires. On leur doit un étranglement à mi-vallée, le verrou de Troubat.

La haute vallée est couverte de forêts alors que la partie centrale se prête bien aux prairies. Le paysage karstique nous donne à apprécier le gouffre de Saoule dans lequel l'Ourse de Ferrère plonge en cascades.

Le calcaire (dolomitique) était extrait d'anciennes carrières à Thèbe. À l’ouest du mont Sacon, on exploite le minerai de magnésium pour alimenter l’usine métallurgique de Marignac.

L'eau de source de Saint-Nérée, en amont de Ferrère, fait également l'objet d'une exploitation commerciale.

 

 

 

BELVES        "LES SENTIERS D'ANTAN"  dans les "BAROUSSE"Le groupe. 

Les randonneurs des Sentiers d'Antan. Reportage photographique © partagé d'Édith Malassagne et de Bernard Malhache.

BELVES        "LES SENTIERS D'ANTAN"  dans les "BAROUSSE"

Reportage photographique © partagé d'Édith Malassagne et de Bernard Malhache.

 

BELVES        "LES SENTIERS D'ANTAN"  dans les "BAROUSSE"

Reportage photographique © partagé d'Édith Malassagne et de Bernard Malhache.

 

BELVES        "LES SENTIERS D'ANTAN"  dans les "BAROUSSE"

Reportage photographique © partagé d'Édith Malassagne et de Bernard Malhache.

 

BELVES        "LES SENTIERS D'ANTAN"  dans les "BAROUSSE"

Reportage photographique © partagé d'Édith Malassagne et de Bernard Malhache.

 


BELVES        "LES SENTIERS D'ANTAN"  dans les "BAROUSSE"

Reportage photographique © partagé d'Édith Malassagne et de Bernard Malhache.

 

BELVES        "LES SENTIERS D'ANTAN"  dans les "BAROUSSE"
Accrobranches. 

Reportage photographique © partagé d'Édith Malassagne et de Bernard Malhache.


BELVES        "LES SENTIERS D'ANTAN"  dans les "BAROUSSE"

Reportage photographique © partagé d'Édith Malassagne et de Bernard Malhache.

 

BELVES        "LES SENTIERS D'ANTAN"  dans les "BAROUSSE"

Reportage photographique © partagé d'Édith Malassagne et de Bernard Malhache.

 

BELVES        "LES SENTIERS D'ANTAN"  dans les "BAROUSSE"

Reportage photographique © partagé d'Édith Malassagne et de Bernard Malhache.

 

BELVES        "LES SENTIERS D'ANTAN"  dans les "BAROUSSE"

Reportage photographique © partagé d'Édith Malassagne et de Bernard Malhache.

 

 
BELVES        "LES SENTIERS D'ANTAN"  dans les "BAROUSSE"

Reportage photographique © partagé d'Édith Malassagne et de Bernard Malhache.

 

BELVES        "LES SENTIERS D'ANTAN"  dans les "BAROUSSE"
Pour Pierre Petit, la sieste est sacrée. 

Reportage photographique © partagé d'Édith Malassagne et de Bernard Malhache.

BELVES        "LES SENTIERS D'ANTAN"  dans les "BAROUSSE"

Reportage photographique © partagé d'Édith Malassagne et de Bernard Malhache.

 

________________________________

 
Qui a dit "Il n'y a plus de Pyrénées".

 



14/09/2016
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres