Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

La dernière réunion, de la mandature, des maires.

Maires du canton.jpg

 

Certaines et certains d'entre eux, sauf un séisme totalement imprévisible, reviendront. Pour d'autres ce fut l'ultime réunion de ce bassin de vie qu'est le canton qui assemble ce Val de Nauze jusqu'à sa soumission, à regret, à l'autorité du fleuve qui emporte notre lien hydrographique au Bec d'Ambès. Photo Bernard Malhache.

 

 

Claudine Le Barbier, le mardi 21 janvier, a réuni les maires du canton pour la dernière fois de cette mandature 2008/2014.

Gérard Biou, St Pardoux, empêché ou retenu, était représenté par J-Claude Malaurie.

On notera que ce type de réunion pourra se  poursuivre en aval des élections municipales pendant encore une année. Au delà on imagine mal ces assemblées de notables dans le contexte futur des nouveaux cantons, plus étendus, qui auront perdu le lien du catalyseur assembleur auquel nos concitoyens étaient, semble-t-il, attachés.

 

Les conseillers généraux, parfois élus dans des situations serrées, voire tendues, dans l'immense majorité des cas, étaient, une fois le calme et la sérénité retrouvés, admis par leurs partenaires. Mes amis Armand Zaccharon et Michel Lajugie, seuls élus de leur sensibilité dans leur canton, par leur respect des concitoyens, mais aussi par leur travail pour le secteur qu'ils effectuent présentement, sont l'image d'une respectabilité citoyenne bien au delà des convictions profondes qui sont les leurs.

 

Claudine Le Barbier, qui s'est parfaitement imposée dans notre futur ancien canton, constitue aussi une belle image, féminine de surcroît, de  la transversalité rurale que le législateur a voulu éradiquer.

 

Fallait-il conserver la géométrie de nos cantons hétérogènes et parfois archaïques ; c'est là un autre débat ! Ce sera néanmoins, certainement, avec regret que les anciens vont voir disparaître nos vieux cantons ; là où ils ont transpiré pour leur certificat d'études primaires, parfois le seul examen scolaire de leur vie, là où les jeunes gens passaient le conseil de révision, vieille image d'Épinal de l'égalitarisme républicain, là où, souvent, on se rencontrait et on échangeait pour les manifestations diverses, comice agricole, foires ou... félibrées.

 

Pierre Fabre.

 



23/01/2014
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres