Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

La fête de la nature en chantier.

BELVÈS

 

 

René Barde, président du Comité des fêtes de Belvès, a réuni, le 12 octobre, à la salle des fêtes de la mairie un collectif d'une petite quarantaine d'amis de la nature pour parler de la fête de l'an prochain.

 

Il apparait prématuré de dire avec précision ce que sera cette manifestation où l'on mettra la fibre écolo en avant.

Cette animation débordera largement du cadre de Belvès. Tout le bassin de vie est concerné. Ce lundi plusieurs équipes municipales étaient représentées dont Doissat et Grives par leur maire.

René Barde espère bien que les boutiques et espaces que la conjoncture a précipité vers la fermeture, pour cette occasion, réouvriront et serviront de lieux d'accueil pour des ateliers ou des expositions. 

 

Faisons un petit tour de table, non exhaustif, des présents.

 

CIMG9727.JPG

 

 

Le tour de table.

 

Il faut sauver les abeilles.jpg

 

Jean-Marc Naillon, président des "Abeilles". Il animera un thème des plus importants.

 

Ils aiment la Nauze.jpg

 

 

Les amis de la Nauze. Non personne ne dort et Rosy écoute même avec une attention soutenue.

 

 

Les fermiers écolos de Cagnole.jpg

 

 

Les fermiers écolos de Cagnole.

 

 

Les fourmis.jpg

 

 

Les fourmis ont un rôle capital dans la vie de la Terre. Christian Foin, au centre de l'image, va nous apprendre plein de choses sur ces insectes sociaux qui forment des colonies appelées fourmilières. Ces habitats d'insectes peuvent compter, dans les plus importants, des centaines de millions d'individus. Mieux vaut ne pas se coucher sur une fourmilière !

Les fourmis constituent la famille des Formicidae (ou formicidés en français).  Les fourmis sont classées dans l’ordre des hyménoptères, comme les guêpes et les abeilles

 

Les nanas.jpg

 

Sandrine, Marie-Jo et Marie-Laure, dite Nathalie. 

 

Le législateur probablement bien conscient que deux puissants mammouths, qui le démontrent au quotidien avec insistance, n'envisagent pas une seule micro-seconde, à court terme, de laisser la plus haute marche du pays à portée de la gent féminine a concédé à nos gentes dames une place équitable dans les conseils municipaux des localités de 1 000 habitants et plus. Celles-ci savent prouver que, non seulement, elles sont utiles mais, aussi, qu'elles sont motivées et, présentement, proches de la nature.

 

 

CIMG9745.jpg

 

 Ghyslaine Bras, a présenté de superbes oiseaux et papillons sur son écran.

 

C'est en 1952, je crois, que Brassens composa "La chasse aux papillons". Cette chanson, un brin "légère" fut, dit-on, une métaphore d'emprunt à la Comtesse de Ségur. Les chasseurs de papillons ont-ils, parfois, l'impression qu'ils tourmentent et massacrent des insectes qui ont le tort d'exister et qu'il est cruel de les sacrifier dans des conditions épouvantables ! 

Comme la coccinelle ou l'abeille le papillon est l'un des rares insectes à bénéficier d'un capital sympathie auprès de l'homme. La disparition des papillons inquiète ainsi le grand public, mais surtout les scientifiques : les papillons sont en effet étroitement liés à la santé des milieux naturels.

Les papillons, hélas, disparaissent. Avec 165.000 espèces décrites à travers le monde ils représentent 10% des espèces animales connues. Après les Coléoptères, les Lépidoptères constituent ainsi la 2e famille la plus abondante sur terre en terme d'espèces. Les espèces les plus anciennes de papillons existaient déjà il y a quelque 70 millions d'années... Une abondance et une résistance apparente qui ne doivent pas masquer la réalité : comme les abeilles, les papillons sont fragiles, et disparaissent.

 

Un adepte de Coulonges.jpg

 

Jean-Pierre Moretti de Doissat, au centre de l'image, s'intéresse, certainement, à la nature au présent mais, aussi, à ce qu'elle nous révèle sur son passé. Il a eu un tout petit mot pour cette époque du Sauveterrien. C'était hier quand la Manche peinait à s'ouvrir et à séparer le socle britannique de l'Europe.

La strate sauveterrienne, période du Mésolithique, a été dénommée ainsi, en 1928, grâce à l'archéologue Laurent Coulonges qui en fut le chantre.

Laurent Coulonges (1897-1981) est donc le père du Sauveterrien. Ce temps de la Préhistoire allait bien au delà de la vallée de la Lémance.

 

Carole ne dort pas c'est une strate passionnante...

 

CIMG9747.jpg

 

 

Notre ami François Poujardieu, auquel nous adressons tous nos voeux de prompt rétablissement, sera, nous l'espérons tous, en pleine forme pour la Fête de la nature.  Bernard Pernet, de la Société française d'orchidophilie saura captiver  les amis de la nature sur toutes ces belles plantes de notre environnement dont nous ignorons le rôle dans la vie des espaces sauvages.

 

CIMG9754.JPG

 

La faune et la flore sont parmi ses passions. Pour Hendrik Drenthen celles du Périgord ont peu de similitudes avec celles des Flandres mais il ne saurait dire lesquelles suscitent le plus d'émerveillement.

 

CIMG9733.JPG

 

Les amis de la Nauze sont là; ceux de la Beuze aussi.

 

 

Photos Pierre Fabre.



14/10/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres