Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

La Résistance au coeur du patrimoine

 

 

 

 

 

 

 

La Résistance au cœur du patrimoine.

 

Les épisodes dramatiques de la Résistance ont souvent conduit, après la Libération, les associations, parfois les assemblées institutionnelles, à implanter des stèles sur les lieux tragiques où la Résistance a perdu des partisans.

 

 

 

Le bureau écoute son porte-drapeau Bernard Grenier.

 

Ces mémoriaux, souvent discrets, ont pour but d'éviter l'oubli des générations futures. Il faut, bien sûr, les sauvegarder et les entretenir. Ils constituent des pièces de notre patrimoine commun ; patrimoine édifié, certes, mais aussi, culturellement, et ce n'est pas moindre, héritage affectif que nous devons conserver eu égard au devoir de mémoire.

 

Les lieux de mémoire. Beaucoup de ces stèles sont placées tout près des bordures de route, notamment la R.D 710, et posent un problème de sécurité pour les cérémonies.

 

 La semaine dernière, à la mairie de Monplaisant, les Amis de la Résistance de l'A.N.A.C.R se sont réunis, d'une manière informelle, essentiellement pour aborder ce sujet.

 

L'idée de placer, au cœur de notre bassin de vie, un monument, pour l'ensemble des partisans assassinés par la folie du führer ou tombés lors de l'opération du 9 août 1944, à Tuilières, avance.

Cette notion forte de soutenance du devoir de mémoire a séduit Claudine Le Barbier, conseillère générale et régionale, Jean-Bernard Lalue, maire de Monplaisant, Jean-Pierre Lavialle, maire de Belvès, et Olivier Merlhiot, maire de Sagelat, pour les élus, et, par ailleurs, Georges Fongauffier, l'ancien des C.V.R qui participe à toutes les manifestations, y est favorable.

 

Sécurité et pédagogie. Il reste à trouver le terrain pour l'implant et le financement pour sa réalisation. La parcelle de terrain, de quelques ares, appartenant au département, sise sur la commune de Monplaisant, entre la R.D n° 710 et la R.D n° 53 serait un lieu idéal pour insérer ce monument. Il faudra donc, dans cette hypothèse, solliciter l'accord et l'adhésion des instances départementales.

 

Le bureau de l'A.N.A.C.R souhaite donc poursuivre cette idée et envisage de solliciter les élus et "fonctionnaires instructeurs" pour une réunion, toujours informelle, de réflexion pour situer les démarches à effectuer et jeter un regard sur le terrain. Cette première réunion devrait, sous réserve de disponibilité des personnes sollicitées, avoir lieu le 23 septembre, à 15 h 30, à la mairie de Sagelat. La date probable reste à valider.

 

 

L'Espace des martyrs de la Résistance sera proposé pour "pointer" le devoir de mémoire.

 

L'A.N.A.C.R milite pour ce schéma pour deux raisons. La première concerne la sécurité des manifestations et la seconde vise le coté pédagogique du patrimoine, eu égard au devoir de mémoire.

Lors de la réunion du bureau plusieurs noms ont été avancés.  L'A.N.A.C.R souhaiterait, toujours si le projet aboutissait, proposer le nom d'Espace des martyrs de la Résistance.

Bien entendu le nom de ce lieu de mémoire serait choisi par les élus, l'A.N.A.C.R, néanmoins, formulerait sa proposition.  

 

Texte et photos Pierre Fabre. 





13/09/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres