Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

La vente des biens nationaux à Belvès en 1791.

 

 

 

 

Jacques Grimbert nous a exposé le fruit de plus d’un an et demi de recherches dans les archives de l’époque révolutionnaire et les différents documents cadastraux. Il fallait avoir un double passé de clerc de notaire et d’historien pour naviguer avec autant d’aisance dans des documents aussi complexes, aussi techniques et de format souvent imposant.

Il a commencé son intervention par rappeler le brillant passé historique et administratif de Belvès avant la Révolution et son érection, en 1789, en chef-lieu de district à la tête de 8 cantons et 84 paroisses.

Le conférencier nous a expliqué que l’Assemblée Constituante a voulu que les biens de l’Église soient "mis à la disposition de la Nation" de manière à garantir l'émission d'un emprunt, destiné à renflouer les caisses de l'État, emprunt matérialisé par les assignats.

 

conférencier.jpg

 

 

C’est ainsi que le 1er janvier 1791, le Directoire du district de Belvès a arrêté les modalités des opérations de vente des biens nationaux.  

Jacques Grimbert a focalisé son étude sur les biens des Frères prêcheurs de Belvès ou Jacobins, dont les bâtiments subsistants abritent aujourd’hui la mairie de Belvès.

Il a détaillé l’ensemble de leurs possessions et les diverses manières dont ils ont été mis en vente : adjudication, vente à la bougie. Il a  ensuite, localisé, sur différents plans, l’emprise de ces biens bâtis ou non bâtis, avant et après la vente, de manière à suivre le destin de ces biens : qui a acheté, qui a revendu, après combien de temps, comment l’espace s’est trouvé recomposé ?

Il a constaté que tous les acheteurs étaient des Belvésois à l’exception de  deux d’entre eux qui venaient de fort loin : de Monplaisant et Sagelat !

Le conférencier a eu le mérite d’illustrer son propos de nombreux plans et de photos montrant  les lieux en question tels qu’ils se présentent aujourd’hui. Chacun a pu ainsi se repérer dans l’espace et le temps.

C’est ainsi que nous avons pu comprendre, à partir d’exemples concrets et incontestables, un des aspects les plus importants de la Révolution, ces importants transferts de propriétés qui l’ont rendue irréversible.  

 

Noëlle Choublier-Grimbert

 

IMGP3276.JPG



01/03/2016
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres