Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Le 19 mars, enfin, la paix transméditerranéenne bouclait un lourd passé colonial.

 BELVÈS

 

CIMG7997.jpg

 

Les porte-drapeaux ouvrent la marche.

 

 

C'est toujours important, pour le devoir de mémoire, de commémorer les dates où la paix s'est frayé un chemin pour essayer d'atténuer de terribles blessures.

 

On ne réécrit pas l'histoire. La France s'imposa pendant 130 ans au sud de la Méditerranée tentant d'apporter une culture occidentale à une population qui n'en voulait pas forcément. De graves erreurs ont empêché l'assemblage transméditerranéen et ont conduit le soulèvement qui, par phases successives, partit de Sétif, le 8 mai 1945, pour s'arrêter à Évian le 19 mars 1962. Le bon sens, l'équité et le respect mutuel élémentaire des deux communautés auraient, peut-être, pu éviter cette déchirure mais on ne peut revenir sur des erreurs irresponsables.

 

Ne les oublions pas. Hélas les victimes, de part et d'autres, furent nombreuses et les souffrances des familles si elles sont lointaines ne sont pas pour autant entièrement cautérisées. Il faut savoir que quelque 30 000 jeunes gens de notre rive, à leur corps défendant, sont partis en Afrique du Nord et  y ont laissé leurs jeunes vies. Pour la communauté algérienne les pertes furent énormes et non chiffrées avec exactitude.

 

Il faut penser aux destins brisés par les traumatismes physiques et surtout psychiques. On revient rarement de ces affrontements sans en avoir été affecté pour la vie.

 


 

 

CIMG8006.jpg

Le président Denis Betge et son prédécesseur Kléber Ferret.

 

 

CIMG8009.jpg

 

 

La lecture de Maurice Teyssandier.

 

CIMG7999.jpg

 

 Les institutionnels.

 

CIMG8005.jpg

 

Gilles Heyraud, maître de cérémonie. Il appela le public à chanter l'hymne national.

 

CIMG8013.jpg

 

Nathalie Garrigue et Claudine LeBarbier viennent de déposer la gerbe.

 

CIMG8016.jpg

La sonnerie "Aux morts", dont l'historicité nous ramène au douloureux moment du capitaine Robert Ellicombe, lors de la guerre de Sécession en 1862. Toujours émouvante elle fut jouée au clairon, ce 19 mars, pour la première fois, par une jeune musicienne belvésoise.

Cette mélodie, en l'honneur des morts, réunit les malheureux qui ont donné leurs vies. Puissions-nous penser que son apaisement douloureux ait pu réunir, dans l'histoire dramatique, les deux rives de la Méditerranée.

 

 

Photos Pierre Fabre.



20/03/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres