Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Le cent cinquantenaire se profile à l'horizon.

 

Jeudi 15 novembre, à 14 h 30 précises, on voyait bien là un signe de ponctualité ferroviaire, Mérico Chies, maire du Buisson, ouvrait la réunion préparatoire de Périgord Rail + et cédait la parole à J-François Martinet, président de l'association pour donner le la au cent cinquantenaire de la ligne Périgueux-Agen.

 

 Cliquez sur l'image.

 

 

 

 

J-Fr Martinet insiste sur la nécessité de manager les prévisions avant le 15 décembre. Photo Pierre Fabre.

 

Tous les maires concernés par le tracé de la ligne étaient naturellement invités, ceux de Monsempron, Loubéjac et, Belvès sont venus, ceux de Mazeyrolles, Siorac et Le Bugue étaient représentés. On notait, aussi, la présence d'autres élus du Buisson et une délégation de Mériller Vapeur 24. La S.N.C.F était représentée par J-Marc Xuereb, responsable de la ligne, et par Patrick Daumerie, responsable des gares et connexions, de Périgueux.

 

On remarquera que ce cent cinquantenaire n'a, pour l'heure, mis à part à Monsempron, qu'une résonance bien diluée chez nos voisins de l'Agenais.

Le cent cinquantenaire aura bien lieu les 3 et 4 août prochains. J-Fr Martinet a précisé que son association travaille sur ce thème depuis plus d'un semestre et que cette manifestation a, inévitablement, un coût surtout pour faire évoluer les engins vapeur vers Le Buisson.

 

 

Une logistique importante. Un problème logistique se pose pour réceptionner une locomotive toulousaine par le sud. Une étude est en cours pour la recevoir par le nord.

Les trains vapeur devraient, pour les 3 et 4 août, évoluer sur le segment Périgueux-Monsempron.

 

Jean-Marc Xuereb, responsable de la ligne 

Jean-Marc Xuereb a pointé les  problèmes qui pourraient surgir si l'on ne prend pas en compte l'ensemble des paramètres. Il paraît quasi impossible d'envisager l'arrêt d'un train en "pleine ligne", cas du Got, sans avoir observé toute la réglementation. On n'évolue pas sur une ligne de chemin de fer, qui plus est, est ouverte aux circulations commerciales, heureusement pour la sécurité, avec la souplesse de manoeuvre d'un tracteur tondeuse sur une pelouse. Les textes réglementaires sont rigoureux, rigides et incontournables. 

Par ailleurs J-Marc, tout à fait favorable aux pavoisements, dit qu'il faudra, d'une part, se conformer à la sécurité des lieux et, d'autre part, ne pas implanter de supports sur certains ouvrages d'art comme cela a été fait pour la félibrée.

 

 

Il s'avère nécessaire de prendre bien en amont les sujétions de cette manifestation et d'en dresser la programmation. J-Fr Martinet a fixé la date buttoir du 15 décembre pour les grandes options.

  

Quelques pistes sont d'ores et déjà ouvertes dont un concours de photos [Bruno Marty, photojournaliste graphiste, sagelaco-belvéso-polynésien couvrira ce cent cinquantenaire. Il sera le témoin par l'image de ces journées] et une animation ludique sont sous-jacents.

Ce cent cinquantenaire sera un mélange intergénérationnel de matériel, on devrait y voir des automoteurs qui ont rythmé la vie de la ligne.

 

On va pavoiser. J-Fr Martinet entend que la ligne se pare de ses plus belles couleurs pour cette ouverture aoûtienne ; fleurissement des gares et des points clés de la ligne. Il sera pertinent de donner quelques accents rétro ; type jardinière ou autre véhicules hippomobiles.

Le vendredi le réalisateur de l'émission télévisée "Des trains pas comme les autres" est attendu au Buisson.

 

On n'en est, pour l'heure, qu'à l'esquisse mais d'ici le 15 décembre l'œuvre peut et doit évoluer.

 

 

P.F



16/11/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres