Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Le dernier spectacle 2012 au Fon du Loup.

 

 CARVÈS

 

 

La scène du Fon du loup.

 

 

 

 

Un conte cruel pour clore la saison

par Bernard Malhache 

Un spectacle qui entraîne le public dans un univers d'une poésie à la fois tendre et saignante.

 


Un spectacle qui entraîne le public dans un univers d'une poésie à la fois tendre et saignante. (Photo dr)

 

Dimanche 14 octobre à 16 heures, Jean-Paul Ouvrard présentera au Fon du Loup le dernier spectacle de la saison 2012. Il s'agit de « Rouge Chaperon », créé et donné par la compagnie Mouka, qui va investir le Fon du Loup pendant deux semaines afin d'y préparer « Oripeaux ».

Ce spectacle est une plongée dans le conte cruel du « Petit Chaperon rouge ». Ici, ustensiles de cuisine, marionnettes et manipulateurs se glissent dans la peau des personnages et entraînent dans un univers d'une poésie tendre et saignante.

 

 

« Tout a commencé à Prague, disent Claire et Marion, les interprètes, avec un défi lancé par Marek Becka, de la compagnie Buchty a Loutky : créer un spectacle d'objets pour adultes abordant le tabou d'un conte. Le choix du '' Petit Chaperon rouge'' est parti du désir de reprendre l'histoire qui nous avait bercés toute notre enfance, la plus populaire, pour en donner notre point de vue d'adultes et ressusciter le plaisir intense de la peur du grand méchant loup. »

Anthropophagie

« Nous sommes allés puiser non dans le conte moraliste de Perrault, mais à l'origine populaire nivernaise de cette légende de tradition orale, dont l'issue diffère largement de celle que l'on connaît : le loup, après avoir mangé une partie de la grand-mère, met le reste de la viande dans une assiette et le sang dans une bouteille qu'il donne au chaperon en guise de repas. Un chat témoin de la scène dit d'ailleurs : ''Pu salope qui mange la chair et le sang de sa grand''. Puis, le loup invite la jeune fille à le rejoindre dans le lit et tente d'avoir un rapport sexuel avec elle. Innocente mais pas si naïve, l'héroïne voit venir l'embrouille… Le loup méfiant s'assure une surveillance à distance grâce à une cordelette attachée à la cheville de l'enfant. Une fois sortie, elle détache la corde, la noue à un piquet et s'enfuit. »

L'initiation sexuelle est associée à l'anthropophagie lourdement symbolique, puisqu'il s'agit de manger son aïeule, tabou complètement évacué de la version couramment racontée.

Pratique. Spectacle à partir de 12 ans. Durée : une heure. Réservations à l'office de tourisme de Belvès au 05 53 29 10 20. Retrait et achat de billets sur place trente minutes avant le spectacle.

 

Tarifs : 12 et 8 euros. Repli sous chapiteau en cas de mauvais temps.

 

 



11/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres