Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Le fiasco total et sans appel de ce blog.

 

Afficher l'image d'origine

 

C'est un tout petit heptagone qui, ce 14 octobre, servait de contour à la réunion des blogs. C'est dire qu'en accueillant, seulement, six personnes pour ce quatrième et ultime rendez-vous des lecteurs de Fongauffier-sur-Nauze et de Val de Nauze, le fiasco fut total et sans appel. L'objectif, plus que modeste, d'atteindre, au minimum, une douzaine de présents sur quelque 260 inscrits s'avère loin, très loin d'être atteint.

 

Il paraît donc naturel d'en tirer l'enseignement. Ces liens, s'ils sont regardés par certaines et certains, sont bien loin de justifier d'y consacrer une fin d'après-midi. Pourquoi donc continuer à les faire vivre au quotidien ! Manifestement, ils n'ont motivé qu'une demi-douzaine de lecteurs et cinq courriels d'excuses, dont celui d'une personne qui devait subir une intervention chirurgicale, cette inconnue je la salue et la remercie de sa délicate attention, et un message d'oubli.

Je sais très bien que, quelles que soient la date et l'heure, c'est toujours, ce jour là et à cette heure là que l'on ne peut venir, même si le vendredi, en fin d'après-midi, paraît le moins sollicité.

Que tout le monde se rassure, je ne cherche pas à dire que certaines et certains auraient pu venir. C'est le naturel du bénévolat de constater qu'il est bien difficile de "faire bouger" les gens même -et surtout- quand il n'y a rien à débourser. On est bien trop pris, de toutes parts, par les agendas chargés et surchargés.

 

Revenons sur le "décennat" de ces liens. Au départ, il s'agissait de porter l'espoir de titiller les forces vives de ce Val de Nauze, afin de tenter de faire émerger une idée fusionnelle des deux berges de la Nauze, pour corriger la perversité historique de communes au découpage complexe qui, a priori, auraient tout intérêt à converger. Le catalyseur… peu importe !  Il faut savoir briser l'égocentrisme de chapelle et s'unir pour éviter de disparaître ; mais, là, surgit le problème majeur... ce serait au bénéfice de qui ? Une écharpe, c'est trop souvent la concrétisation d'une affirmation personnelle, par opposition à la collégialité, et, trop souvent aussi, c'est l'ambition plus ou moins discrète de toute une vie.

Les autres ambitions du blog, au départ il n'y avait que Fongauffier sur-Nauze, ce fut de promouvoir la vie locale, entre autres, accompagner les félibrées de Villefranche et de Belvès, souligner les aménagement sagelacois au niveau du foyer, les travaux du bourg de Fongauffier, l'érection de la maison commune de Monplaisant, les centenaires de l'aéroclub et du rugby, le cent-cinquantenaire du chemin de fer, le cinquantenaire de la Troupe de Sagelat et bien d'autres et multiples regards.

 

Le blog a été, aussi, l'occasion, par le truchement des anniversaires, de connaître un peu mieux les personnes de notre entourage, notamment -et surtout- celles qui, dans un désintéressement total, oeuvrent pour la collectivité. Les pages de ce blog ont, également, accompagné certains des nôtres, qui, pour toujours, nous ont échappé. Pour ce soulignement délicat, au regard d'une vie, il paraît parfois nécessaire d'être autorisé par les familles. Cette circonspection m'a valu un cinglant et humiliant refus d'une famille... je le respecte. Logiquement, bien des articles ont mis en relief le devoir de mémoire lors des cérémonies  du 11 novembre, 19 mars, 8 mai, 18 juin et même, parfois,  en "s'expatriant" : Le Canadier, Pont de Lavera et autres.

 

Revenons sur la réunion. Il n'y avait certes pas la quantité mais la qualité, elle, était au rendez-vous. Quelle était, ou aurait dû être, la trame de cette réunion. L'objectif était de rassembler les critiques, de mesurer les insuffisances et de voir ce qui pouvait être amélioré. Avec aussi peu de participation, on ne pouvait  qu'admettre l'échec total. On est donc parti sur des pistes hors jeu.

Serge, un nouveau partenaire de notre bassin de vie, ô combien actif, bien qu'il réside sur l'autre rive de la Dordogne, a fait le déplacement pour venir témoigner de ce qui l'unit à notre cercle de "Nauzéens". Serge, en grand sage, a fait part, selon lui, d'un point qui a pu chagriner quelques blogueurs, à ma connaissance deux familles, et les amener à quitter le blog, à cause de la partialité qui s'en dégage. Le tour de table était unanime pour plaider sur le contournement de Beynac... ce qui, bien entendu, n'a pas du tout été l'axe de divers articles de cette année.

 

L'intention dominante était de soumettre aux présents, l'intention de supprimer Fongauffier-sur-Nauze et Val de Nauze, pour créer Terres de Nauze. Fongauffier-sur-Nauze souffre d'un côté réducteur, Fongauffier, village chargé d'histoire n'est certes qu'un hameau, et Val de Nauze peut, éventuellement, se prêter à une possible confusion de micro-détail géographique. Terres de Nauze, terminologie plus assembleuse, serait parfaitement neutre et ne favoriserait aucune commune ou lieu-dit du bassin de vie.

Un mini-groupe de 7 personnes ne peut raisonnablement décider pour un ensemble bien plus important. Fongauffier-sur-Nauze et Val de Nauze disparaîtront, au plus tard, d'ici la fin de l'année. Un sondage sera proposé au lectorat pour l'adoption ou le rejet de Terres de Nauze et après... nous aviserons.

 

Il est bien certain que le ressort est cassé.

 

J'en termine avec une vieille maxime occitane "Adara ieu sei las" imparfaitement traduisible par "Maintenant je suis fatigué".

     

 

Un grand merci à :

 

Jean-Bernard Lalue qui a autorisé cette réunion dans la salle des associations de Monplaisant.

Marie-Claude Ribatet, bibliothécaire bénévole, qui est venue ouvrir la salle et qui a bien voulu participer à la réunion.

Dominique, Joël, Alain et aux deux Serge qui ont activement apporté leur point de vue.

Aux personnes qui ont adressé un courriel ou un message d'excuse.

Sylvie, la dévouée correctrice qui a, bien souvent, suivi les textes.

Tous les contributeurs de communiqués ou de messages des associations qui ont permis au lectorat de connaître leurs manifestations.

Un merci appuyé à Bernard Malhache qui a, bien souvent, par ses supports photographiques de qualité, immanents aux manifestations locales, rehaussé celles-ci.

Un autre merci appuyé à Bruno Marty pour ses images exceptionnelles ainsi qu'à Nicolas Escurat.

Claudine Le Barbier pour ses tribunes.

J-Pierre Riehl et Dominique Buisson pour les informations passées des animations sioracoises…

... et à toutes celles et à tous ceux qui, d'une manière ou d'une autre, ont fait vivre ces liens par leur lecture, leurs commentaires ou le "bouche à oreille".  

 

 

Chargement du sondage


17/10/2016
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres