Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Le patrimoine vu d'une citadelle verte entrée en Résistance

La résistance verte accueillie à Fayrac 

 

La citadelle de Fayrac, qui compte plus de six siècles d'histoire, a connu bien des péripéties et celle de notre temps n'est qu'une petite pellicule sur ce superbe oppidum où le vert s'impose.

Il paraît plutôt inhabituel, presque singulier, de voir les châtelains côtoyer le peuple en fronde. C'est dans cette résistance verte, devenue une constante depuis que les décideurs du saccage d'un des plus beaux sites du Périgord ont décidé de s'en prendre à ce patrimoine qui devrait réunir tous les citoyens conscients que personne n'est propriétaire de la terre et selon le vieil adage universel, souvent légèrement attribué à Saint Exupéry, "Nous n'héritons pas de la terre de nos parents, nous l'empruntons à nos enfants".

Fayrac, vieille demeure privée, normalement on n'a pas le plaisir de l'approcher, pour le dimanche du patrimoine, ouvrait grandes les portes de ses espaces pour le plus grand plaisir des visiteurs et ceux-ci ont dû atteindre allègrement le millier.

À Fayrac ce 16 septembre, superbe journée d'une fin d'été, il est venu des gens profitant de l'aubaine de l'ouverture des portes… certainement.  Aussi respectables que soient ces personnes qui ont voulu jouir de ce site l'espace d'une visite, qu'il soit permis de saluer émotionnellement les autres; celles dont le cœur saigne. Des hauteurs fayracoises elles ont voulu, pour cette journée patrimoniale, une ultime fois, voir, au piédroit de cette demeure qui n'a plus rien d'un lieu de guerrier de surveillance moyenâgeux, la nature vivante avant qu'elle ne soit outrageusement pillée.

 

Pour ma part je vivais cette vénération à la nature comme cette scène imaginée par René Clément dans "La bataille du rail", film 1946, quand les mécaniciens faisaient siffler leurs locomotives en hommage à leurs collègues fusillés par la barbarie nazie. Cette scène de synthèse jaillissait, certes, de l'imagination émotionnelle mais ô combien elle a traduit la foi résistante de ces cheminots frondeurs spectateurs impuissants de combien d'acte de destruction de la civilisation.

 

IMG_0133.jpg

 

Fayrac, un lieu magique 

 

IMG_0158.jpg

 

Philippe d'Eaubonne, lzemaître de céans, qui a ouvert ses portes pour le pattrimoine 

 

IMG_0157.jpg

 

Kléber Rossillon et Ph d'Eaubonne

 

IMG_0174.jpg

 

Daniel Doublier et Alain Grenaille

 

IMG_0168.jpg

 

 

Kléber Rossillon interviewé par Bruno Ardoin, mon ami Pacal Tinon cameraman

  

IMG_0193.jpg

 

 L'optimisme n'est  pas ou rendez-vous

 

IMG_0195.jpg

 

Pas très complimenteur! 

 

IMG_0141.jpg

 

Une belle porte

 

IMG_0191.jpg

 

 

Hélas les buis  ont été interpellés par l'adversité

 

IMG_0148.jpg

 

 

Non nous ne sommes pas dans un parcours d'hommage du Che mais bien à Fayrac !

  

IMG_0178.jpg

 

Une supplique sur l'autre rive

 

IMG_0164.jpg

 

 

Beynac... quelle image!

 

IMG_0199.jpg

 

 

Un enfant de ce pays qui aime ce pays.

 

IMG_0172.jpg

 

Pendant la conférence de presse

 

 

Photos Pierre Fabre 

 



26/09/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 197 autres membres