Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Le rendez-vous athlétique de Belvès.

 

 

 

 

 

Ce samedi 16 avril, journée hautement sportive pour l'athlétisme belvésois, comme souvent fut, après l'orage de vendredi, une journée bien indécise avec un ciel menaçant.

 

Tout cela  n'a pas empêché les 500 "cent bornards" de partir pour cette 40ème épreuve athlétique qui fait rêver.

 

 Cliquez sur les images.

 

 

Premier marrathonien.jpg

 

 

Régis Lacombe atteint Fongauffier. Il lui reste à gravir les 1600 mètres de la redoutable côte de Belvès. Dans une dizaine de minutes, il passera la ligne d'arrivée. Photo Pierre Fabre.

 

 

Du départ...

 

départi.jpg

 

... à l'arrivée.

 

arrivée.jpg

 

Pour connaître tous les résultats, dans quelques heures, invitez-vous sur http://www.clubathletiquebelvesois.fr/

 

Dans le blog d'hier, vous avez découvert les trois premiers de cette épreuve qui a réservé une surprise majeure avec l'abandon inattendu du favori à 15 Km de l'arrivée. Le marathon a, lui aussi, connu un succès certain avec la victoire de Régis Lacombe, UNIRUN Aveyron,  2 h 49' 19". Cédric Dumonteil, champion de Dordogne et d'Aquitaine, EPSTA, a couvert le parcours en 2 h 57'47 " en obtenant la deuxième place, tandis qu'un autre Dordognais, Christophe Lansade, se hissa sur la troisième marche du podium avec un temps de 3h 6'39".

 

Pour les féminines, saluons les exploits de Christelle Gabriel, V1F 3h 8' 46" Bourg AL, championne d'Aquitaine, sur la plus haute marche, suivie de Laura Sibé, Seniors F, 3h 16' 17", Bouliac (33) et de Jacky Andreotti, V3F, 3h 30' 32" Spiridon côte d'Azur.

 

CIMG0982.JPG

Toujours au pied de la diabolique côte qui boucle les 100 Km, Marlène Vigier, Ydes Athlétisme, qui, première féminine, va terminer l'épreuve après 9h 34' 04" de souffrance, passe à Fongauffier quand la pluie vient de s'inviter. Photo Pierre Fabre.

 

Le blog va revenir sur cette journée sportive et, en flash-back, va parler des personnes qui se sont démenées pour la réussite de cette manifestation. Les petites mains, de la préadolescence, fort juvénile, de Gladys au savoir-faire presque nonagénaire de Francette, ont été plus que nécessaires ; il ne faut pas les oublier. 

 



17/04/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres