Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Les noisettes sauvages endeuillées.

 


 

 

 

Aujourd'hui Robert Sabatier s'est éteint à Boulogne.

 

Cette plume remarquable  de notre temps laisse une œuvre immense et son départ a du peiner beaucoup de ses lecteurs.

Robert Sabatier dans son émouvante trilogie se situe en marge des littératures savantes. C'est un roman traditionnel et sans prétention, écrit avec le cœur. Le ton et la justesse de l'évocation dans "Les Allumettes suédoises", "Trois sucettes à la menthe" et "Les Noisettes sauvages", pourraient rappeler, parfois, Olivier Twist de Charles Dickens si ce n'est le décor populaire de Paris des années 30, dans ces rues pleines de charme, au pied  de Montmartre, supplantant le cadre misérable de l'Angleterre victorienne. 

Olivier, son jeune héros, a ému bien des lecteurs et quand il se rendit à Saugues, dans le Gévaudan de ses aïeux, on a eu l'impression que cette incursion au vert aurait aussi bien pu se passer avec la Nauze pour décor, au lieu de la Seuge, et le castrum de Belvès à la place d'une cité dominée par les monts de la Margeride.

 

 

Merci Robert Sabatier pour votre œuvre immense empreinte d'humanisme.

 

Merci, aussi, au résistant de la première heure.



28/06/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres