Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Maxange compte dix ans de visites.

 

 

Le BUISSON-de-CADOUIN

 

Patrimoine touristique.

Maxange a fêté son dixième anniversaire d'accès au public.

 

 

 

Olivier Caballero présente le joyau familial.


Le Périgord en général et ses vallées en particulier compte un nombre incalculable de grottes. Quand on pensait grotte, jusqu'à la fin du siècle dernier, c'était surtout la vallée de la Vézère qui, à juste titre, s'imposait.

 

Depuis Le Buisson a trouvé une belle place dans ce listage des cavités souterraines riches d'une histoire naturelle qui a une valeur scientifique inestimable. Après Cussac c'est au niveau de la carrière de Mestrigual que la famille de carriers, les Caballero, a découvert un joyau.

Le découvreur, Angel Cabarellero, et là on apprécie le respect filial inculqué dans les valeurs latines, a voulu associer son géniteur, Maximilien, le fondateur de la "dynastie" buissonnaise pour créer l'aptonyme Maxange ; avouez que c'est, d'une part, très joli et, d'autre part,  original.

 

 

 

La longue évolution des stalactites et des stalagmites.

Depuis cette découverte la famille de carriers est devenue une famille d'exploitants touristique. Ce n'était pas une chose facile, ni garantie. Il fallait affronter le risque financier et toutes les inconnues devant cet antre terrestre qui n'a toujours pas livrée tous ses secrets.

Il a fallu trois ans aux Caballero pour transformer une carrière en un point d'accueil, dégager la grotte de milliers de mètres cubes de terre sans hypothéquer le trésor naturel de ces lieux. N'oublions pas, non plus, toute la logistique et tous les tourments à affronter pour la recevabilité des installations, parfaites au demeurant.

 

Des plafonds stupéfiants.
 

Depuis 10 ans Maxange est devenu un site extraordinaire où l'on admire émerveillés les concrétions, stalactites, stalagmites et une foule surprenante d'excentriques. La grotte, où aucune traçabilité humaine n'est remarquée, présente cependant quelques griffades d'ours.

 

Le 20 avril l'exploitation commerciale de Maxange entre dans sa deuxième décennie. Il fallait bien clore cette première dizaine d'années et, pour ce faire, les Cabalerro ont invité une centaine de personnalités diverses, d'élus, du monde scientifique, de partenaires du tourisme, sans oublier les amis.

 

 

 

Angel raconte l'épopée de Maxange.
 

Après une découverte, ou une redécouverte, de Maxange et après écouté les discours d'Angel, teinté" d'humour, et de six personnalités tout le monde s'est rassemblé pour le raout de l'amitié.

 

Texte et photos Pierre Fabre

 


 

Pour plus d'informations : http://lesgrottesdemaxange.com/

 



21/04/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres