Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Mouvement de personnel à la gendarmerie.

 

La cité de Belvès qui, après une longue période de châtellenie de l'Ancien Régime, a eu la malchance d'être, entre autres, dépossédée de ses éphémères prérogatives de siège de district*, terminologie des entités issues de la grande Révolution, de sa Justice de paix, de son lycée, de services de certains fonctionnaires des contributions, de l'équipement, ancêtre des Ponts & Chaussées, de l'E.D.F et qui a vu migrer la communauté de communes vers la plaine cypriote, demeure encore une localité qui garde une belle résonance autour de ses activités commerciales, sportives, culturelles, de son collège, de sa maison de santé, de ses sapeurs-pompiers et de sa gendarmerie.

                                                                                                           

 * L'organisation administrative du territoire. Par les lois des 14 et 22 décembre 1789, l'Assemblée adopte le principe du découpage du territoire du royaume en départements, districts et cantons et consacre également l'existence des municipalités (qui perpétuent et unifient les villes, villages et communautés de campagne antérieurs) ; toutes ces circonscriptions sont gérées par les élus, ce qui crée ainsi une complète décentralisation administrative.

 

Le 2 août, ce blog fut consacré à nos amis sapeurs-pompiers dont les nobles missions n'échappent à personne. Aujourd'hui, profitant d'un mouvement de personnel, ce blog se consacrera à d'autres serviteurs de la population dont la présence sécurise notre ruralité profonde et que nous sommes contents de rencontrer dans nos malheurs, nos manifestations ou, tout simplement, comme veilleurs d'une vie sociétale harmonieuse et équilibrée. Est-il besoin de rappeler que la force publique n'a jamais été autant appréciée que depuis que notre civilisation est interpellée par des événements tragiques, imprévisibles, irrésistibles et quasiment insurmontables. Certains esprits critiques préconisent bien le [ Y'a qu'à faut qu'on ] qui, d'un coup de baguette magique, devrait solutionner tous les problèmes sécuritaires mais, hélas,  ces [ Y'a qu'à faut qu'on ] tardent à s'appliquer et ne sont retenus ni par les décideurs ni par nos concitoyens.

Nos gendarmes, donc, souvent sans que l'on s'en rende compte, sont la contemporaine et paisible garde prétorienne d'une société qui, parfois, a besoin de présences symbolisant l'autorité pour éviter les désordres que, certes, nous réprouvons tous mais qui, sans une discipline élémentaire, fléchiraient inévitablement.

 
On pourrait dire sans prendre le risque de choquer beaucoup de nos concitoyens que nos gendarmes sont, au fil des siècles, devenus les censeurs citoyens  d'une société qui a besoin de leur présence discrète, rassurante et nécessaire à la plénitude de nos communautés.

 

CIMG2265.JPG

 

 

Photo Pierre Fabre.

 

La communauté de brigades,  placée sous l'autorité du major Pascal Cugny, compte 17 personnes, sous-officiers ou gendarmes-adjoints. Rappelons que cette communauté enchâsse Belvès, Domme et Villefranche-du-Périgord.

 

De gauche à droite :

 

   - l'adjudant Pierre-Jean Doublein, il devrait être promu adjudant-chef d'ici quelques semaines ; ce sympathique sous-officier, qui connaît bien Belvès et Le Buisson, en poste à Domme se plaît à souligner qu'il est de notre terre périgordine, de celle du Périgord Noir.

   - l'adjudant Thierry Duthilleuil, lui, s'est installé dans la bonne bastide de Domme et se dit comblé par cette affectation. Natif de la capitale historique du Mélantois, il a passé son enfance et sa jeunesse dans la ville ouvrière de Seclin, avant de rejoindre la gendarmerie, nous vient de la bonne ville où Eustache de Saint Pierre, le plus connu des six bourgeois de Calais, qui se rendirent, "en chemise et la corde au cou", implora la grâce des habitants de sa ville auprès du roi d'Angleterre Édouard III. Thierry père de deux enfants, aime la nature et s'attaque au marathon. 

   - l'élève gendarme Kevin Hervouet, affecté à Belvès depuis le 21 juin, se révèle être d'une extraordinaire modestie. L'adjudant-chef Francine Destrel a précisé, malmenant son humilité, que cet élève gendarme avait obtenu un master de droit. Kévin,, natif des bonnes terres angevines, est passé par Montluçon pour intégrer le corps de la gendarmerie. Kevin se plaît à pratiquer la course à pied avec son compagnon canin. Il adore la lecture et la randonnée.

  -  Marie Cabrillat, réserviste, en nous offrant son beau sourire, correspond parfaitement à ce type de jeune personne qui entend apporter son concours à la société. Marie alterne ses périodes de réserviste avec celles d'agent de sécurité. Elle démontre combien on peut avoir envie d'être présent(e) dans une société qui a besoin d'équilibre et de sens de la responsabilité.

    - le gendarme-adjoint Joris Eymard, affecté à Domme depuis le 5 mai 2016, avant d'intégrer la gendarmerie, avait obtenu un B.T.S d'audiovisuel. Ce Girondin est passé par  l'école de Tulle.

 

Pour tout le lectorat du blog,  je vais adresser à nos sympathiques gendarmes, tous nos voeux pour leurs missions mais aussi pour leur vie privée dans nos campagnes. 

 



06/08/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres