Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Patrimoine cultuel.

MONPLAISANT 

 

Ce blog, informel, qui n'est pas plus l'émanation d'un collectif municipal qu'associatif, n'a nullement l'intention de s'immiscer dans la stérilité des débats idéologiques. Nous savons tous, comme le disait J-P Mariel, interprétant Bartholomé de las Casas, dans la Controverse de Valladolid, que "le propre de l'erreur c'est de se prendre pour la vérité". Admirateur, sans réserve, de la "Loi de Séparation de (des) Église(s) et de l'État" portée, en décembre 1905, par le président Émile Combes  et Jean Jaurès je reste, bien humblement, très prudent sur les finesses de ce progrès, hélas inachevé pour une partie orientale de notre pays, c'est le cadet des soucis de nos gouvernants, et je me garde bien d'avoir un jugement de valeur sur les limites du petit patrimoine religieux. Celui-ci pour certains, pour le culte catholique,  relève du patrimoine paroissial, d'autres l'imputent à l'ensemble de la communauté c'est-à-dire, en général, aux communes pour  les édifices cultuels des villages.

 

Quoi qu'il en soit ces biens s'inscrivent dans le patrimoine. Rappelons le sens du mot patrimoine : ensemble des biens hérités des parents.

  

 

 

 

Notre ami Jean-Claude, n'est pas le gardien du Temple, mais, plus humblement, des clés de l'édifice cultuel de Monplaisant. Il a participé à la mise en place du maître-autel.

 

 

L'abbé Michel Grazziani, lors de son ère belvésoise, souhaitait voir un maître-autel, digne de ce nom, dans l'église de Monplaisant. Il a quitté le castrum pour la bastide de Lalinde avec une mission en jachère dans ce domaine.

 

Depuis environ deux ans l'abbé Jean Picard a pris le relais de son cadet et a tenu à voir parachever cette intention.

C'est maintenant chose faite. Jean-Bernard Lalue, le maire de Monplaisant, tient à préciser que la quasi-totalité du coût de cette opération  est supportée par le bénévolat. Seule la pierre brute servie par les Carrières Veyze des Eyzies, sera la participation, bien modeste, des contribuables.

 

Le façonnage revint à un Grivois, Dominique de la Rosière, et la mise en place fut réalisée, jeudi 23 août, par de solides bras bénévoles parmi lesquels on trouvait le maire et Bernard Grenier. Ce dernier se dépense sans compter pour tout ce qui peut concerner la vie locale et associative.

 

Il se dit que ce maître-autel doit être consacré ; mais là c'est du domaine religieux ce qui n'est absolument pas dans la thématique de ce blog, qui se veut d'une laïcité affirmée, tolérante certes, comme il se doit, mais en aucun cas ne peut être l'adjuvant d'une religiosté aussi respectable qu'elle soit.

 

Pierre Fabre

 

 

 

 



28/08/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres