Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Pèlerinage laïque dans la combe de St Raphaël.

Le blog d'aujourd'hui sera consacré à une incursion sur la rive droite de la Dordogne où Bernard Grenier a mêlé le drapeau de l'A.N.A.C.R. de Belvès aux drapeaux venus du Pays de La Force et du Bugue pour commémorer un épisode douloureux de la Résistance dans la combe de St Raphaël.

 

Demain, le blog vous ramènera sur la rive gauche du fleuve, en s'invitant sur les hauteurs  qui dominent la Nauze et  le Raunel, à la fête du village de Monplaisant.

 

 

____________________

 

 

MEYRALS 

 

Joël Le Corre.jpg

 

 

 

 

Joël Le Corre a précisé que le mémorial a été érigé à la croisée des chemins, pour être vu par les usagers de la voie communale.

 

mémorial.jpg

 

On accède à la combe de St Raphaël  par une voie communale sinueuse et escarpée qui, en ce début d'été, plutôt frileux, donne une paisible image bucolique. Là, on penserait plus naturellement aux cueillettes de champignons qu'au dramatique jour du 26 juin 1944. Ici, dans cette combe sylvestre, une brutale intervention de la soldatesque du Reich démantela, plus que probablement sur dénonciation,  l'arrivée de partisans de l'A.S. , armée secrète, du groupe Loiseau.

Le mémorial érigé en 1989, à quelques hectomètres de cette combe, rappelle que dans ce lieu bien à l'écart des routes fréquentées, le 26 juin 1944, quatre partisans dont trois du Bergeracois, venant du village du Fleix, et un adolescent de 17 ans, de Meyrals, ont perdu la vie, abattus par une armée qui enrageait de voir que son diabolique envahissement allait s'effondrer. Deux autres partisans, probablement républicains espagnols, auraient aussi été les victimes de cet affrontement mais la traçabilité est, pour eux, incertaine.

Cette tragédie de St Raphaël, 72 ans après, nous a été contée au pied du mémorial, succinctement, par Joël Le Corre, le maire de Meyrals, et, plus tard, avec une historicité plus détaillée, sur les lieux mêmes de la tragédie, par Jacqueline Jouanel, mémorialiste locale.

Une centaine de personnes sont venues, pour ce devoir de mémoire, entourer Danièle Mounier-Sicard, fille de Fernand Mounier, accompagnée de ses petits-enfants et arrière-petits-enfants.

La cérémonie se termina par un poignant "Chant des partisans" interprété a capella par Adrien Le Corre, le fils du maire de ce village, qui, la veille de son 17ème anniversaire, émut l'assistance.    

 

 

CIMG1846.jpg

 

Une centaine de personne au pied du mémorial

 

CIMG1848.jpg

 

Le devoir de mémoire des descendantes.

 

CIMG1852.jpg

 

 

Danielle Mounier-Sicard avec sa descendance, à gauche sur l'image.

 

 

La photo de la famille Mounier-Sicard. Toute la famille est représentée sur cette photo. Isabelle Sicard, tout à fait à droite avec ses neveux et nièces, fille et petits enfants. Toutes les générations étaient représentées en hommage au grand père. Quatre générations en tout après lui ! Cette journée à été chère aux cœurs des descendants et ils en remercient chaleureusement les organisateurs et les acteurs pour leur investissement et leur volonté de souvenir. Précision ajoutée à la demande d'Isabelle Sicard.

 

 

CIMG1875.jpg

 

Jacqueline Jouanel a situé l'historique détaillé de cette dramatique journée du 26 juin 1944.

 

Adrien Le Corre.jpg

 

 

Adrien Le Corre, du haut de ses 17 ans, a scellé ce moment de recueillement.

 

 

Photos Pierre Fabre. 



27/06/2016
9 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres