Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Quelques mais de juin.

 

 

MONPLAISANT

 

Le mai de Jean-Claude à Gaussens.

 

Jean-Claude Gamot, un élu d'une belle authenticité monplaisanaise par sa famille maternelle, avait mis un point de césure à sa carrière municipale. Il compte une antériorité se quatre mandatures passées sous l'ère de Paul Salanier. Il siégea dès son retour du service militaire.

 

Sollicité par J-Bernard Lalue Jean-Claude il a accepté de prendre à nouveau place dans ce conseil où il mettra à la disposition de ses concitoyens toute sa disponibilité. 

Que diable maintenant que Monplaisant jouit de la plus belle mairie du canton cela mérite bien une attention citoyenne. 

 

CIMG5859.jpg

 

Les petites mains féminines ont bien travaillé. Maintenant c'est aux mains viriles que ces couronnes sont confiées pour sacraliser ce mai qui symbolise, depuis des lustres, dans notre culture, cette permanence républicaine plébéienne.

 

CIMG5863.jpg

 

L'exercice toujours délicat et toujours réussi.

 

CIMG5870.jpg

 

Un sympathique quadrupède, orphelin de sa maîtresse, a trouvé refuge à Fonmorte chez notre ami Paul-Marie. Sam est venu, en voisin, voir si, sait-on jamais, quelques solides reliefs gustatifs de ce mai pouvaient lui échoir. 

 

CIMG5871.jpg

 

Il n'y a pas si longtemps on sacrifiait une bouteille de breuvage au pied des  mais pour leur donner un plagiat de baptême. J-Claude a trouvé un ingénieux procédé pour qu'une bonne bouteille n'aille pas souiller le sol...

 

Le mai de Marie-Claude à Cassagne.

 

Marie-Claude Calès-Ribatet, comme on dit couramment,est une pièce rapportée puisqu'elle vient de très loin. C'est en terre belvésoise qu'elle vit le jour... presque sur une autre planète. Les Calès ont habité à la charnière monplaisano-belvésoise à Tourneguil.

Après un parcours professionnel remarquable cette jeune retraitée veut se consacrer un peu à la vie locale et, après avoir mis de l'ordre dans les rayons livresques de la salle associative, où elle est la bibliothécaire bénévole, elle a accepté de rejoindre le conseil municipal. 

 

CIMG5876.jpg

 

 

Des invités de la vie  associative sont venus mais " fasiá caud". L'ombre de l'appenti fut appréciée.

 

CIMG5880.jpg

 

Les derniers ajustements.

 

CIMG5884.jpg

 

Marie-Claude, au pied de son mai.

 

Toujours à Cassagne,

le mai de Sandrine.

 

Sandrine Gaudeix-Ensenminger a été charmée par les reliefs monplaisanais. Elle est venue dans ces collines un peu par les hasards de carrière qui l'ont amenée à la perception de Belvès tandis que son époux, dont la sonorité de son patronyme donne une belle tonalité alsacienne, prit place dans l'équipe postale de Belvès.

Sandrine, la benjamine féminine du conseil, a la fibre associative dans le sang. Elle avait déjà pris place dans le comité des fêtes.

Sandrine et Marie-Claude, en prenant place dans l'hendécagone monplaisanais, ont atténué la surreprésentation masculine du conseil municipal et avec Marie ces dames vont donner le ton de la féminité citoyenne.

 

P1010026.jpg

 

Les vigoureux amis dressent le mas.

 

P1010031.jpg

 

Sandrine a pris place entre Marie, la première maire-adjointe, et J-Bernard, le maire.

 

P1010033.jpg

 

Avouez que Monplaisant est un site bien nommé. De Cassagne, étymologiquement lieu planté de chênes,  on surprend les crêtes sagelacoises et l'on aperçoit des pans de Carvès, St Germain, Marnac, Siorac et l'on intercepte les hauteurs de la rive droite de la Dordogne. 

 

Pierre Fabre.

 

 

 



13/06/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres