Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Sur les routes en hiver.

 

Un ami Trélissacois, doissacois par sa naissance, qui a traîné ses fonds de culottes, avec votre humble serviteur, dans le vénérable collège-lycée des remparts du castrum, sensible à la détresse humaine des plus défavorisés, m'a fait parvenir, en cette fraîche période, le texte qui suit assorti d'une pathétique photographie. Il a cependant oublié de la légender. Les deux personnages me disent quelque chose mais je ne sais plus où je les ai rencontrés. Bernard tu aurais pu me dire qui ils sont ; à moins que tu les aies croisés devant un restaurant du coeur et que ce soit par une pudeur, bien respectable, que tu caches leur identité.

  

P.F 


 

 

On se plaint, on se plaint, mais d'autres souffrent plus que  nous... En ces périodes de début d'année, pensons aux plus défavorisés et, si vous le pouvez, accueillez deux demandeurs d'asile chez vous ! Invitez-les à votre table. Partagez un peu de votre repas avec eux, leur sourire et la joie d'être accueillis seront votre plus beau cadeau pour l'an nouveau.



 

Photo D.R

Dans notre pays, sous l'Ancien Régime, les contribuables étaient saignés à blanc par un impôt insupportable "la taille" *. Aujourd'hui les plus malheureux sont obligés de se "tailler"...

 

* Cet impôt, imaginé en 1439 par la monarchie de droit divin, partageait son impopularité avec la gabelle. La monarchie contemporaine, théoriquement "républicaine", dans les années 60, en a imaginé un de plus performant pour atteindre les plus humbles : la T.V.A. Cette fiscalité a le vent en poupe et il se parle sérieusement de relever son niveau. Parions que notre gouvernance saura plus facilement y parvenir qu'à combler le gouffre de la Sécu. 

 

 





18/01/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres