Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Trois pivots de la vie associative.

 

 

 

Trio masculin.jpg

 

 

Pierre Calvet n'a un embasement belvésois que par ses racines, tout à la fois, proches, eu égard à l'échelle du temps, et lointaines si l'on se place dans le champ des mémoires vives contemporaines. Pierre, comme Jules Vallez, devenu par la suite Jules Vallès, vit le jour au Puy mais jeune il quitta cette ancienne cité occitane languedocienne du Velay. Pierre qui était dans sa vie active dessinateur industriel travailla dans la métropole phocéenne  dont il prit l'accent. Sa logique rationaliste l'amène à s'intéresser aux détails patrimoniaux et il s'avère intarissable sur ses observations des finesses des particularités. Il a été impressionné par l'architecture belvésoise avec un regard soutenu sur la charpente  de la halle de Belvès.

"Mistralien" la culture occitane le séduit et il confia, le 14 décembre, que l'hymne provençal, "La Coupo santo", l'émouvait à chaque interprétation.

Pierre apporte à la vie publique sa passion et son désintéressement le plus complet.

 

Serge Salem, lui, depuis une trentaine d'années a choisi la colline de Pet Chaunat pour y construire sa demeure. Serge ne vient pas de très loin puisqu'il est Cléranais par sa naissance. Sagelat lui doit de multiples travaux bénévoles pour les décors scéniques du foyer rural. Serge, par ailleurs, a aménagé l'intérieur de la salle des fêtes pour favoriser le service des repas des bénévoles et aussi les repas festifs ainsi que la manifestation annuelle du Téléthon.

Serge passionné de sport sait, si sa présence est souhaitée pour une réunion, renoncer à regarder un match fut-il, à ses yeux, important.

 

Maurice Teyssandier n'est pas à présenter. Monplaisanais par sa naissance ; "il fait partie des meubles" depuis tant d'années. Maurice qui, pour les fêtes médiévales belvésoises a revêtu les attributs pontificaux de Clément V, a abdiqué, certes, mais pour autant ne se désintéresse pas de la vie locale.

Maurice adore taquiner la muse et, l'an dernier, pour l'inauguration de la maison commune monplaisanaise, il s'est livré à une promenade bucolique, au gré des chemins et des sentes des collines, dont il connaît les détails ; tant au niveau de la faune que de la flore. C'est toujours un plaisir d'écouter ses métaphores quand il agrémente une cérémonie publique ou privée avec son verbe truculent ponctué de traits d'humour. 

 

 

 



30/12/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres