Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Un centenaire à Belvès.

Notre amie Annick Gachée-Guichard vient de nous adresser le merveilleux cursus, aux accents  pathétiques, de la vie de son père qui, aujourd'hui, franchit le cap du siècle.

Avec tout le lectorat de Fongauffier-sur-Nauze et de Val de Nauze je voudrais souhaiter un bon anniversaire à Lucien Gaché et lui témoigner notre respectueuse admiration.

 

Pierre Fabre.

 

______________________________________________________________________________________


 

 Lucien Gaché. Ref.jpg

 

Mon père Lucien Gaché est né le 12 Mai 1914 dans une fermette de la Beauce. Tout jeune, il travaille dur, " loué " dans les fermes environnantes. Il part à Paris où il devient boulanger. Il y rencontre sa future femme et se marie le 15 Août 1939 ; un mois après ses noces, il est fait prisonnier pendant cinq ans. Comme il est boulanger, les Allemands l'affectent à faire des bombes dans une usine en Allemagne ; cinq années d'horreur, de travail infernal dans une fournaise difficile à supporter, manque d'eau, de nourriture, une jambe fracturée non soignée ...

 

Rentré à Paris, il trouve un poste de boulanger là où sa femme travaille comme vendeuse. Ils ont deux filles. Il continue à travailler dur, la nuit à la boulangerie, le jour dans une boulangerie industrielle Heudebert. Quelques économies et ils achètent une toute petite boulangerie en Eure et Loir et là débute la liste de nombreux déménagements avec l'achat de boulangeries de plus en plus importantes. Vie de travail, de commerçants au service de la clientèle, à cette époque, le client est " roi ".

 

Il prend sa retraite en Eure et Loir et profite de sa liberté ; ils partent beaucoup en voyages à travers la France.

Malheureusement, si lui est en forme, notre mère est atteinte de la maladie d'Alzeimer. Au début, il s'en occupe seul car il ne veut pas quitter sa région alors que ses deux filles sont déjà en Dordogne. Mais un jour, il comprend qu'il ne peut faire face seul. Alors à l'âge de 88 ans, ils entreprennent ce bouleversement : déménager, quitter sa région natale, sa maison, sa famille, ses amis.

 

Ma mère est décédée en 2002 et depuis mon père vit seul dans sa maison ; il est bien sûr aidé mais il continue à vivre autonome, faisant sa cuisine (il n'a abandonné sa voiture que depuis deux mois). Il a l'esprit vif, faisant des mots casés, regardant la TV émissions politiques, films policiers ou western.

 

Le 12 Mai, ses voisins lui apporteront le champagne et lui, il offrira le gâteau d'anniversaire et le 6 juillet, enfants, petits enfants, arrière petits enfants, quelques membres de la famille, l'entoureront autour d'un bon repas.

 

Annick Gaché-Cuichard.

 

 



12/05/2014
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres