Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Une bien vieille et belle image des profondeurs celtes.

 

 

 

Aujourd'hui, jour de l'an, plutôt que se focaliser sur le poncif des traditionnels vœux regardons et émerveillons nous un peu sur nos ancêtres celtes qui mettaient au tout début de l'année trois essences clé des prémices de cette renaissance de la nature. Le chêne, le plus majestueux des arbres d'occident, qui, dès les premiers gels, abandonne ses feuilles altérées par le roulement des saisons, pour se préparer à repartir, le blé, grain nourricier, noble parmi les nobles, et le gui un sous-arbrisseau épiphyte, hémiparasite et mythique qui, s'il sert, en établissant nos racines celtiques, au décorum festif hivernal, par sa rareté sur les chênes conduisait les celtes aux manifestations druidiques ancestrales.

De nos jours si le gui demeure un parasite préjudiciable pour la vitalité de bien des arbres il s'est avéré utile pour la médecine moderne. Depuis les travaux de Chaumeton, en 1828, le gui retrouve grâce chez nos scientifiques contemporains qui exploitent ses vertus médicinales contre le cancer.

 

Pierre Fabre.   

 

 

  

Au Gui l’An Neuf !

 

Gui.jpg

 

Avec les meilleurs vœux pour cette Année 2014.

 

 

La Vieille Année s’en est allée

Laissant les rêves de paix inachevés,

Au Gui l’An Neuf ! Que germe le blé !

Qu’à l’aube de la Nouvelle Année,

Renaissent les espoirs brisés !

 

 

 Dc104.jpg

 

 

 

 

 

La légende du gui et de la faucille d’or

 

 

Dc106.jpg

 

En Gaule, selon la légende le sixième jour de l'année celtique, les druides allaient dans les forêts de chênes rechercher et couper le gui sacré avec une « faucille d’or », en s’exclamant : "O Ghel an Heu" qui signifie"Que le blé germe". Cette expression devenue "Au gui l'an neuf" au Moyen Âge est parvenue jusqu’à nous.

 

Que le blé fgerme.jpg

 

Dans la mythologie celte, le chêne était une plante sacrée : le Dieu de l’univers détenant force et puissance.

 

 

Dc105.jpg

 

Le gui est une plante parasite qui reste toujours verte, assez rare sur le chêne : seuls les druides avaient le droit de le cueillir ; "… comme le gui puise sa vie du chêne, les Celtes puisent leur vie de Dieu ". Le Gui symbole de l’immortalité, avec ses jolies boules blanches figurait aussi la Lune.  Les Celtes lui attribuaient de nombreuses et bénéfiques vertus magiques.

 

La faucille était le seul outil utilisé pour couper le gui car elle "symbolise l’aspect ‘croissant’ de ce fruit qui finira par représenter jusqu’à nos jours l’année solaire naissante : ‘au gui l’an neuf’ "

 

Sources  Wikipédia : Gui (Plante)


 

 

Demain "Les mariés de la St Sylvestre"

 

 

 



01/01/2014
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres