Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Bernard a changé de club.

 

 

SAGELAT

 

Le septuagénaire à table.jpg

 

Ce 14 décembre les amis de Bernard Grenier ont voulu lui réserver une petite surprise.

Pour distraire son attention il lui a été dit que le comité des fêtes de Sagelat fêtait l'anniversaire de sa présidente et c'était, en partie, vrai mais la plus importante motivation de cette soirée c'était la régularisation de l'anniversaire de Bernard qui le 3 décembre a changé de club en passant des sexagénaires à celui des septuagénaires.

 

La petite histoire, ce jour là, a abordé la grande histoire. Devant cette petite assemblée d'amis Bernard maîtrisa avec peine son émotion. Rappelons que le 3 décembre 1943, jour où Bernard poussa son premier cri, ce jour de petite histoire se mêla et s'assembla à la grande histoire. Les prémices des premiers revers de la furie nazie commençaient à se percevoir, après Stalingrad où l'héroïque résistance soviétique, des unités commandées par Gueorgui Joukov, venait de soustraire la maîtrise de la Volga à Frederick von Paulus, la Sicile, prise par Patton, Alexander, Cunninghan et Tedder, était délivrée par les alliés, les partisans venaient de libérer la Corse et, in fine, à Monte Cassino, ce 3 décembre 1943, les vaillants Polonais infligeaient, dans les reliefs Apennins, une première défaite significative au Troisième Reich dans la vieille Europe continentale.

 

Ce jour là  Marie-Louise Grenier donna la vie à Bernard et notre septuagénaire ne put s'empêcher de penser à elle, à Charles, son père, et, plus que vraisemblablement, à ses frères dont l'un a, trop tôt, quitté le cercle familial il y a quelques mois.  

 

 

Côté Nauze.jpg

 

Olivier Merlhiot, maire de Sagelat, à gauche sur l'image ci-dessous, a rappelé "Il a une notion de la cause publique que l'on ne trouve plus beaucoup aujourd'hui. Je le remercie en mon nom mais aussi au nom de tous".

Cet hommage était plus que largement mérité car Bernard a été la cheville ouvrière de bien des chantiers de la vie locale

 

Se canto interprété par André Deltreil.jpg

 

Les bons moments se terminent souvent en chanson et, pour clore cette soirée, c'est notre ami André Deltreil qui entonna le "Se canto" avec un petit regret parce que beaucoup de convives n'avaient pas la moindre notion d'occitan.

 


L'amitié.jpg

 

Bernard, il y a quelques jours, a envoyé cette belle image à ses amis internautes.

 

Cette belle soirée commune au comité des fêtes sagelacois et à l'A.N.A.C.R locale, nous la devons, avant tout et surtout, aux petites mains qui ont superbement préparé la salle, elles se reconnaîtront, et à la voix, toujours superbe, d'André qui a réuni l'assemblée avec le "Se canto".

 

    

 



20/12/2013
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres