Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

De la Nauze à la Douch

 

 

JOURNIAC

 

 

 

Ricampleu, le juge et Peselo.

 

La fête des châtaignes.

Une soirée aux accents occitans.

 

 

Les gouyats de la Nauze ont exporté leur savoir faire artistique du Val de Nauze à celui de la Douch. La Douch est une toute petite rivière qui s'inscrit dans les avant-dernières collines de la rive droite de la Vézère pour atteindre Le Bugue. Elle reçoit comme principal tributaire le Ruisseau de Journiac, vaillant petit ru, qui arrose Journiac et qui, après un semestre particulièrement sec, s'épanche toujours vers sa souveraine.

 

Les châtaignes, cette année, ont beaucoup souffert de la sècheresse et de l'intrusion de parasites. L'association culturelle de Journiac, néanmoins, a tenu à renouer avec cette tradition automnale festive de la châtaigne et a organisé une petite soirée ce samedi 15 octobre, à la salle des fêtes, sur le thème de ce fruit qui, pendant des siècles, tombait de "l'arbre à pain".

La soirée festive était animée par "Les gouyats de la Nauze", un triumvirat de l'Amicale de Sagelat, qui a joué "La meitat de porc" ; une pièce occitane du majoral Marcel Fournier. Peselo, Christian Bouyssou, et Ricampleu, André Deltreil, deux vieux amis, paysans un tantinet primaires, qui, après le tumulte d'une brouille mesquine, venaient en découdre en s'assignant, mutuellement, chez le juge de paix joué par Serge Cabrillac. Ce dernier est le seul acteur du trio qui peut se prévaloir d'être journiacois de naissance.

Notons qu'il a plusieurs décennies cette pièce avait déjà été jouée à Journiac. Seuls les plus anciens pouvaient en avoir la souvenance.

 

Après la pièce Janine Darnige, des Reipetits du Coux, a fait vibrer la salle en chantant successivement "La Dordogne" puis "Turlututu" et en reprenant, avec Ricampleu et Peselo, le "Se canto" qui est attribué, peut-être sans certitude, à Gaston Phébus. 

 

 

Janine, assistée de Ricampleu et de Peselo, pendant le "Se canto". 

 

Huguette Labrousse, fidèle à sa double énergie "d'occitaniste" et de pédagogue, par ailleurs l'épouse du juge de l'affaire Chantal, in fine, raconta une historiette occitane qui transpose la fable du "corbeau et du renard" de Lafontaine

 

 

Le public.

 


 

Janine Darnige, et les Gouyats de la Nauze, trés sensibles à l'accueil que Journiac leur a réservé, tiennent à remercier chaleureusement les Journiacois, tout particulièrement Claudie Ruaud, le maire de la localité, Michèle, sa dynamique collaboratrice, Thierry Esnaut, l'agent communal, Bernadette Vauret et le président Gilbert Dulac, pour la qualité de la préparation de cette soirée qui a permis à deux petites entités, par le cheminement culturel et associatif, de mieux se connaître et de se rencontrer.

 

 

Texte et photos Pierre Fabre.

 

 

 

 

 

  

 Newsletters en attente.

 

L'ordre séquentiel est, en fonction de l'actualité, évolutif.

 

Thé dansant de l'A.N.A.C.R.

Ils sont devenus "frelonicides".

Vaurez ; un hameau pluriel.

Sagelat accueille la sous-préfète.

 Péchaud ; un mitage bien nommé.

Ils préparent Noël.

Le jour des défunts approche.

 

 

 

 

 



17/10/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres