Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Le gaz de schiste... qui y pense pendant ces vacances !

 

 

 

L'actualité a ceci de terrible c'est que la saturation de l'info éradique l'info. Les médias savent choisir ce qui attire les "badauds" de l'info ainsi chaque jour il se passe des choses terribles dans le monde... elles sont occultées. La naissance d'un héritier à la dynastie des Windsor où la survie d'une monarchie sur les bords de la Sennepas celle qui arrose notre Lutèce, celle -là s'écrit Seine, mais sa voisine bruxelloise, ou le feuilleton permanent d'une sacralisation de la monarchie élyséenne sont beaucoup plus "vendeurs" que le thème de l'énergie.

 

Notre planète est et sera de plus en plus interpellée par des besoins énergétiques énormes et par un gâchis ahurissant des espaces agricoles toujours plus dévastateurs pour implanter des autoroutes ou pour sacrifier des milliers d'hectares pour construire de nouveaux aéroports afin de permettre un peu plus de destruction d'oxygène.

 

Une des pistes les plus inquiétantes, qui est d'actualité, même si notre premier personnage louvoie à merveille, un de ses thuriféraires féaux, pour l'heure dispensé de retenue dans le verbe, tergiverse moins ; c'est celle du gaz de schiste.

 

Cette exploitation plus que terrifiante, pour la nature, trouve bien sûr des adeptes d'autant plus que la problématique de l'énergie va croissant. Compte tenu qu'aucune gouvernance n'aura  de c... pour prescrire les mesures écologiques aussi indispensables que spectaculaires en limitant, par exemple, les folles dépenses en hydrocarbure, en mesurant une consommation électrique effrénée, notamment pour un éclairage disproportionné des fêtes de Noël, il s'étend de semaines en semaines, il faut bien admettre que l'énergie propre n'est pas en mesure de solutionner la problématique de notre temps. Ce constat amène donc les adeptes du gâchis à prôner l'exploitation du gaz de schiste.

 

CIMG2110.jpg

 

Une manifestation sarladaise, le 9 juin, a bien réuni quelques centaines de personnes mais, force fut de constater, nos élus ne s'y bousculaient pas. Seul, bien seul, Jean-Pierre Passerieux, maire de St Germain, ceint de son écharpe tricolore, était, ce jour là, l'unique ambassadeur du Val de Nauze.

 

Le gaz de schiste a plus que de quoi inquiéter et la pédale douce élyséenne, pour un temps, peut laisser penser que notre Hexagone est à l'abri. Ces ravages, comme le nuage de Tchernobyl, sauront-ils s'arrêter juste au niveau de nos frontières ! Qu'il soit permis d'en douter !

 

En attendant notre conseil général, a délibéré, à l'unanimité, contre cette méthodologie. Plus proche de nous saluons la même unanimité  des conseils municipaux de Monplaisant, Sagelat et St Germain qui ont eu cette heureuse prise de conscience.

 

Il ne faudrait pas que les pollueurs, désavoués côté cour, arrivent en force... côté jardin.

 

P.F

 



28/07/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres