Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Le lien ancestral du calendrier

 

 

 

Si ce n'est déjà fait, d'ici quelques jours, vous allez recevoir la visite de votre facteur et, ou, de vos valeureux sapeurs pompiers pour la remise du traditionnel calendrier.

Ce rituel qui, au moins dans la ruralité profonde, perdure, même si certains réduisent l'écot de leur étrenne, et ne semble pas  remis en cause.

Pour les sapeurs-pompiers, personnages qui jouissent d'une excellente image citoyenne, cette participation financière des familles demeure, heureusement, souvent le seul lien qu'elles ont avec ces "soldats de la paix" mais personne n'est à l'abri d'un accident, d'un incendie, d'une catastrophe et là tout le monde est content de les voir surgir, parfois sortis de leur lit, pour aller affronter les causes d'un sinistre et assister des concitoyens en plein désarroi.

 

 CIMG6965.jpg

La boîte aux lettres ; l'inévitable coupe-circuit du contact du facteur avec ses mandants.

Pour les seconds la tradition est bien différente. Nos plus anciens se rappellent de l'époque où les facteurs parcouraient, par tous les temps, le tissu rural à bicyclette et apportaient le courrier, heureux ou malheureux,  parfois des mandats,  livrant au passage les nouvelles du pays, naissances, mariages, décès, succès aux examens ou autres. Combien de ces facteurs, transgressant un peu les règles de leurs prérogatives, ont apporté un objet à un(e) de leurs demeures habitées par des personnes âgées en difficulté de mouvement ! Le facteur des XIXème [souvenons nous du brave facteur de Claquebue, village franc-comtois, joué par Achille Zavatta, dans le film de "La jument verte" Claude Autant-Lara 1959, tiré d'un roman de Marcel Aymé de 1933] et XXème siècles ont toujours été des personnages populaires amis de leurs mandants.

C'est un peu pour tout cela que le facteur a conservé l'estime générale.

La modernité le fait évoluer en voiture, les boîtes à lettres déshumanisées  ont torpillé les liens ancestraux de notre facteur mais, tout de même, on l'aime beaucoup. Notons que son métier s'est largement féminisé et c'est heureux.

 

Le facteur une terminologie résistante. "On" a toujours cherché à changer les termes précis des corps de métiers et des institutions. L'instituteur, ancien maître d'école est devenu professeur des écoles, le percepteur s'est métamorphosé en cadre du trésor, ttc, etc.… Les  Postes, Télégraphes et Téléphones  n'ont pas échappé à la règle et les télégrammes font partie de lointains souvenirs. Une lubie, vers 1959, aurait voulu que nos facteurs deviennent des préposés à la distribution. La mayonnaise n'a pas pris et nos amis facteurs ont conservé leur noble épithète.  Revenons sur l'étymologie de facteur : "Celui qui fait, sens ancien et propre qui n'est plus usité." On retrouve des facteurs dans bien des domaines. Jadis dans les chemins de fer on avait des facteurs aux écritures, des facteurs-mixtes qui, au gré de leur promotion, devenaient des facteurs-enregistrant de 2ème classe, de 1ère classe, puis facteur-chef.

En dehors du facteur, personnage humain, le facteur s'invite dans bien des domaines comme l'algèbre, la biologie, la médecine, la métrologie ou la statistique.

 

P.F

 

Les Postes, Télégraphes et Téléphones ou PTT, initialement appelés Postes et Télégraphes (P&T), puis Postes, Télégraphes et Téléphones (PTT) et enfin Postes et Télécommunications à partir de 19591 (le sigle PTT est néanmoins conservé), étaient l'administration publique française responsable des postes et des télégraphes, puis des téléphones, aux XIXe et XXe siècles. C'était une administration d'État au sein du Ministère des PTT. Mais selon les gouvernements successifs des différentes Républiques, ce ministère avait en charge d'autres activités comme l'industrie ou l'espace.

Cette institution fonctionnait avec des fonctionnaires de l'état, des véhicules et des bâtiments du parc immobilier du domaine de l'État.

Elle est transformée au fur et à mesure des réformes de l'État en deux sociétés de service public : France Télécom, en 1988 et La Poste, en 1991, ainsi que des organismes de régulation — direction des réglementations générales (DRG), devenues autorité de régulation des télécommunications (ART), devenue autorité (ARCEP) —.

Après l'éclatement des PTT en deux entreprises publiques, l'État a cédé les véhicules et le parc immobilier à ces deux identités commerciales, La Poste et France Télécom. Les fonctionnaires ont été affectés au sein de ces entreprises sans perdre leur statut de « fonctionnaire de l'état ». En revanche, La Poste et France Télécom se doivent de prendre en charge les traitements. Après cette période, le personnel recruté est embauché sous statut de droit privé. C'est-à-dire qu'il n'a pas le statut de fonctionnaire.

La dénomination « Postes, Télécommunications et Télédiffusion » n'a jamais eu de reconnaissance officielle par l'État français. Elle était surtout utilisée dans les campagnes françaises, sur les textes non officiels et lors de tournages de films. En effet, la télédiffusion (qui regroupe les services de chaînes de télévisions et les organes de la radio) a toujours été indépendante.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Postes,_t%C3%A9l%C3%A9graphes_et_t%C3%A9l%C3%A9phones_%28France%29 

Naissance du calendrier moderne

 

http://www.gralon.net/articles/art-et-culture/collection/article-le-calendrier-de-la-poste-et-son-histoire-3422.htm

 

On appelait cette période "La belle époque".

 

 

C’est l’imprimeur François-Charles Oberthur qui a donné au calendrier de la Poste sa forme moderne. 

Alors que les premiers modèles présentaient des informations sur les services postaux, les dates des marchés et des foires, ou même des notions d’astronomie, Oberthur a eu l’idée de créer un almanach départemental. 

En 1857, il achète le monopole de diffusion de cet almanach pour une durée de douze ans. Son imprimerie devient ainsi la grande spécialiste des calendriers en France. 

A partir de cette période, le contenu des calendriers est réglementé par l'administration des Postes. Ils doivent notamment contenir les noms des saints et des renseignements généraux et locaux sur le service postal. 

 

Évolutions du calendrier des Postes

Les facteurs sont autorisés à diffuser le calendrier de la Poste, baptisé "carton" en jargon postal, pour leur propre compte depuis 1849

Ce calendrier a connu différentes dénominations. L'almanach des postes est devenu Almanach des Postes et des Télégraphes en 1880, Almanach des PTT en 1945 puis Almanach du facteur en 1989. 

Les illustrations de ce calendrier ont aussi beaucoup évolué et apportent un témoignage précieux sur l’esprit du temps. Elles représentent des événements marquants de l'année passée, des scènes de la vie quotidienne ou même une véritable propagande politique. 
Les photographies d’animaux et de paysages ont remplacé les dessins à partir de 1945. 

 

 

N'oublions pas nos sapeurs-pompiers qui, pour les fêtes, comme tout au long de l'année, sont, dans l'adversité, nos fidèles amis.  

 

 



06/12/2014
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 194 autres membres