Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Les "frelonicides".

 

SAGELAT

 

 

 

 

 

Les frelons, pris au sens figuré, désignent les gens incapables et envieux qui décrient les ouvrages d’autrui et qui les pillent ; les frelons de la littérature. Au sens propre cet insecte désigne une sorte de grosse guêpe, de l'ancien français furlone, du latin médiéval fursleone, de l'ancien bas francique hurslo ; cf.  néerlandais horzel. Le frelon n'a jamais été apprécié.

Notons cependant que les frelons européens contribuent à l'équilibre de la nature en consommant une multitude d'insectes et chenilles, nuisibles de notre point de vue : taons, mouches, guêpes, chenilles qui boulottent les feuilles des arbres... Parfois ils prennent quelques abeilles, mais rien de comparable avec leur(s) cousin(s) asiatique(s). Ils jouent un rôle important dans la nature.

 

 

 

 

Si, depuis la nuit des temps, on se méfie des frelons on n'avait pas prévu l'arrivée de ces redoutables cousins d'Asie qui, présumés importés par un transport de poteries, sont entrain de coloniser l'Europe.

Frelon d'Asie.

 

 

Ces étranges invités -et c'est la loi de la nature- qui n'avaient pas particulièrement demandé à s'européaniser ont besoin pour vivre de trouver de la nourriture. Par malheur leur met favori, voire unique, est l'abeille. Cet insecte, dont le dard n'est pas particulièrement tendre avec les épidermes sensibles, est aussi indispensable à la pollinisation que les nageoires aux poissons pour se déplacer. On n'ose pas penser à ce que serait la nature si les abeilles disparaissaient.

 

 

 

 

Le frelon d'Asie, naturellement taxé d'intrus, pose donc un problème énorme à la nature européenne en général et aux abeilles en particulier. Ce problème est amplifié par le fait que le frelon d'Asie, dont la population dans son continent naturel, est régulé par ses exterminateurs, pour l'heure, n'a pas de prédateurs mis à part la mésange bleue.  

La mésange bleue.

 

 Ce sympathique petit oiseau, hélas, se trouve en recul significatif à cause du massacre effréné plus qu'irraisonnable, pour ne pas dire démentiel, des espaces de feuillus.

 

 

Les "frelonicides". Ne cherchez pas ce substantif dans vos encyclopédies. C'est un néologisme fongauffiérain. En sémantique fongauffiéraine on construit frelonicide par analogie en partant du radical frelon et en ajoutant simplement le suffixe cide : "Qui tue ce que la racine désigne. Un bactéricide tue des bactéries".  On pourrait ainsi, par la même analogie, élaborer un "républicide" pour désigner la famille Bonaparte qui, par deux fois tua, on peut même dire assassina, la République.

 

André Deltreil et Dominique Garrouty aiment la nature en général et les abeilles en particulier. Pour André Deltreil il y a un problème majeur de voir poindre cet envahissement de frelons d'Asie.

 

Dominique et André ont mis au point un système "écologique" d'éradication des nids de ces frelons. Si les nids, avec leurs hôtes, sont détruits la multiplication de ces insectes se trouve freinée.

 

 

 

 

 

André et Dominique partent en croisade contre ces insectes dévastateurs pour épargner d'autres vies, à nos yeux, bien plus précieuses ; celles des abeilles.  

 

 

 

 

Texte Pierre Fabre.

 

 


 

  

 Newsletters en attente.

 

L'ordre séquentiel est, en fonction de l'actualité, évolutif.

 

Sagelat accueille la sous-préfète.

Ils préparent le cinquantenaire de la Troupe de Sagelat.

Vaurez ; un hameau pluriel.

Le 4 novembre A.G du Comité des fêtes de Monplaisant.

 Péchaud ; un mitage bien nommé.

Ils préparent Noël.

Le jour des défunts approche.

Après un semestre ultra-sec.

 

 

 



19/10/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres