Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Les hymnes de l'Occitanie.

 

 

Notre ami le majoral J-Claude Dugros, que je remercie, apporte quelques précisions subtiles sur les deux hymnes occitans.

 

Le "Se canta", hymne d'amour, est, probablement, préféré des laïques intransigeants à  "La coupo santo", très bel hymne avec une musicalité prenante, qui, cependant, peut véhiculer une nuance de rattachement  mystique ; ne serait-ce que par son titre, à une ferveur correspondant à la sensibilité "traditionaliste" mistralienne.

 

Pour Jacques Mouttet,* l'actuel capoulier, c'est le premier personnage du félibrige, il est le quatorzième successeur de Frédéric Mistral, c'est simplement un hymne de fraternité.

 

P.F  

 

* Le capoulier précise : La Coupo est un chant de fraternité et d'espérance contre le centralisme qui marque, universellement, un sens pour l'avenir.

 

 

 ...ainsi, dans le compte-rendu de la soirée de Saint Amand-de-Belvès, tu as évoqué les hymnes occitans, le "Se Canta" et "La Coupo".

Voici quelques précisions qui peuvent intéresser nos lecteurs.

 

Le majoral J-Cl Dugros.

Seuls les couplets qui parlent des montagnes dateraient de la légende de Gaston Phébus, dont la petite amie, Isabelle de Navarre habitait de l'autre côté des Pyrénées…

 

"Aquelas montanhas
Que tan nautas son
M'empàchan de veire
Mas amors ont son"

("Ces montagnes sont si hautes qu'elles m'empêchent de voir où se trouvent mes amours")

Baissatz-vos montanhas
Planas auçatz-vos
Per que pòsca veire
Ont son mas amors

("Baissez-vous montagnes, plaines haussez-vous, afin que je puisse voir où sont mes amours")

Nautas son, plan nautas
Mas s'abaissaràn
E mas amoretas
Apareisseràn".

("Elles sont bien hautes, mais elles s'abaisseront et mes amours apparaîtront")

Par la suite, on a ajouté plus d'une cinquantaine de couplets plus ou moins fantaisistes et de plus ou moins mauvais goût…

On a deux façons de chanter le "Se Canta :

1/ Gaston dit en parlant de l'oiseau qui chante sous sa fenêtre : "Se canta, que cante / canta pas per io / canta per ma mia / qu'es al lonh de io" ("S'il chante, eh bien qu'il chante / il ne chante pas pour moi / il chante pour ma mie / qui est loin de moi)

2/ Dans d'autres versions (surtout chez les gascons), il n'est plus question d'oiseau, Gaston parle à la première personne : "Se canti, que recanti…" ("si je chante et rechante… ce n'est pas pour moi, etc).

Depuis 2008, le "Se Canta" est devenu l'hymne officiel du Val d'Aran, sous le titre "Montanhes araneses". Les paroles qui se rapprochent des versions classiques de Fébus, sont magnifiques.

En ce qui concerne la "Copa Santa ("Coupo Santo" en provençal), elle date de 1867, lorsque les félibres catalans l'offrirent aux félibres provençaux en remerciement de l'accueil qu'ils avaient réservé au poète en exil Victor Balaguer. Mistral composa un hymne à sept couplets, qu'on appelle "la Coupo", sur une musique de Saboly. Il est devenu l'hymne du Félibrige, chanté à la fin des repas félibréens. Seuls les trois premiers couplets sont chantés, l'assistance se lève pour le troisième. On n'applaudit pas.

Voici le premier couplet :

"Prouvençau, veici la Coupo
Que nous vèn di Catalan :
A-de-rèng beguen en troupo
Lou vin pur de noste plant."

("Provençaux, voici la coupe / qui nous vient des Catalans : / tour à tour buvons ensemble / le vin pur de notre cru.")

Refrain :

"Coupo Santo
E versanto
Vuejo à plen bord
Vuejo d'abord
Lis estrambord
E l'enavans di fort !"

("Coupe sainte / et débordante, / verse à pleins bords, / verse à flots / les enthousiasmes / et l'énergie des forts !")

Il ne s'agit pas de deux hymnes antagonistes, bien au contraire, on chante les deux indifféremment dans tous les pays de langue d'oc.

 

J-Claude Dugros.

 

 

 

Les oreilles au diapason des polyphonies, les yeux encore fixés sur la montagne, là bas, en haut. Là où les bergers veillent, et s’endorment, écrivant en rêve les paroles des chants traditionnels, cœur ancestral des vertes vallées. « Depuis des temps immémoriaux, se canto… ». Fred Sabourin.

 

 

 

Si les hymnes nationaux sont beaux, souvent très beaux ; en général ils véhiculent des accents altiers, parfois guerriers, souvent conquérants. Qu'il soit permis de préférer une belle chanson d'amour internationale, elle franchit les Pyrénées et les Alpes, à une musique envoûtante mais martiale !

 



 

 

 Newsletters en attente.

 

L'ordre séquentiel est, en fonction de l'actualité, évolutif.

 

Et si l'on recréait les veillées !

Le Colombier un hameau bien antérieur à la Révolution.

Le conciliateur, un personnage mal connu.

Le feuilleton persistant de la réouverture de la voie ferrée de Villeneuve.

La carte communale monplaisanaise avance.

Noël tu vas venir bientôt.

 

 






11/12/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres