Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Que font nos académiciens !

 DOISSAT


 

 

Le brillantissime historien Alain Decaux a depuis longtemps rejoint le cercle des immortels. Commandeur des Arts et des Lettres il fut élu à l’Académie française, le 15 février 1979, il occupe le 9e fauteuil qui fut celui de Jean Guéhenno. 

 

 

 

 

Guy Chambelland.

Un humaniste d'exception.

Quand le 1er octobre 1956 je franchis les portes du vénérable collège-lycée de Belvès j'eus l'honneur d'avoir pour professeur de français Guy Chambellandbrillante plume bourguignonne par la suite. Il nous expliqua ce qu'était l'Académie française et je crois me souvenir qu'en substance il nous dit ; "Ce n'est pas, comme on le pense généralement, une assemblée composée exclusivement de gens de lettres mais un cercle d'hommes* éclairés où l'on peut trouver des ingénieurs, des scientifiques, des hommes de l'agriculture**, des personnes diverses et il conclut en disant avec humour "Qui sait, peut-être, parmi vous il y aura un futur académicien ! "

Et bien non cette cuvée n'a pas accouché d'un académicien. Il y eut, certes, parmi mes condisciples, un grand commis de l'état, un procureur de la République, divers professeurs, un journaliste sportif, un colonel, un fonctionnaire supérieur de la S.N.C.F , mais point d'académicien.

 

P.F

 

Nos académiciens surveillent notre belle langue. Ils valident -ou diffèrent- l'arrivée de mots nouveaux ce qui permet de réguler l'enrichissement de notre vocabulaire mais nos immortels, parfois, savent prendre leur temps. N'est ce pas une forme de sagesse que de donner du temps au temps !

 

 

 

 

Au tout début des années 60 Doissat s'était autoproclamé "capitale de la noix". Un demi siècle plus tard, le 7 octobre 2010, Jean-Jacques Varga, le premier magistrat doissacois, à droite sur la photo, recevait Bernard Musset, alors sous-préfet de Sarlat, dans son village. Le représentant de l'état, ce jour là, était un sous-préfet aux champs. Photo Pierre Fabre.

 

Ce dimanche 29 juillet nos voisins et amis de Doissat organisent leur dixième Rallye à la noix. Les participants sont invités à se présenter sur place, au plus tard, à 9 heures pour concourir. Profitons de cette manifestation pour jeter un coup d'oeil sur la noix et la nuciculture.

 

  

Depuis quelques décennies on parle de la nuciculture et, forcément, des nuciculteurs.

 

Si vous les recherchez dans vos dictionnaires il y a peu de chance que vous trouviez ces substantifs. En fait il s'agit de néologismes. Certains, avec juste raison, vont lever les bras au ciel et dire qu'il ne peut pas s'agir de néologismes puisque la culture des noyers est fort ancienne et bien antérieure aux encyclopédies modernes.

 

Pour quelle raison s'agit-il d'un néologisme. On a pour habitude, maintenant, de qualifier les personnes, les méthodes et les outils avec plus de précision qu'autrefois. Autrefois on disait bien un vigneron pour parler d'un exploitant agricole spécialisé dans le vignoble et on ne disait pas un nuciculteur ; pourquoi. Tout simplement parce que la racine vigne vient spontanément à l'esprit, ce qui n'est pas aussi instinctif pour les producteurs de la noix. Dans une moindre mesure on peut dire que les termes nuciculturenuciculteurnucicole ont une tournure précise et claire mais pour certains, notamment du milieu urbain, ils revêtent une forme recherchée ; presque ampoulée. Notons aussi, parce que les noyeraies ont pris la place importante qu'elles occupent depuis bien moins de temps que la vigne et, par ailleurs, n'ont investi le créneau dominant dans les exploitations spécialisées qu'au cours du siècle précédent.

 

Si la cerisaie est bien connue, merci Anton Tchékhov, la pommeraie l'est beaucoup moins. A priori, vous ne trouverez pas de pêcheraies ; pourtant ces vergers existent depuis bien longtemps.

Remarquons que si l'on trouve facilement dans certaines encyclopédies les fraisiculteurs la fraisiculture, elle, demeure encore souvent ignorée.

 

 

L'évolution de notre vocabulaire demeure, parfois, lente et l'on se surprend de voir qu'il a fallu seulement quelques années pour introduire le formatage, opération informatique permettant de structurer un support de mémoire de masse (disquette, disque dur) selon un agencement déterminé. Il aura fallu près d'un demi-siècle pour admettre la permissivité, portée par le jargon sécuritaire ferroviaire ; bien que permissif figure depuis des lustres. Le Block automatique à Permissivité restreinte, ou B.A.P.R, est un système de sécurité ferroviaire utilisé en France sur les lignes à trafic moyen. Pour mémoire, les systèmes de type block ont pour objectif d'empêcher le rattrapage de deux convois ; c'est ce que les opérateurs ferroviaires appellent le cantonnement.

 

Depuis moins de 50 ans on trouve la mandature, durée d'un mandat, tandis que le mandat se perd dans la nuit des temps.

 

Ne parlons pas des néologismes issus du franglais qu'il est, pour certains, de bon ton de placer dans une conversation pour bien faire sentir qu'ils sont "câblés".

 

Pierre Fabre.

 


 

Guy Chambelland avait une fascination pour Colette. Colette décéda à Paris, le 3 août 1954, et notre professeur s'efforça de nous faire partager son admiration pour cette femme de lettres. À l'époque l'Académie française n'avait pas encore ouvert ses portes à la gent féminine. C'est en 1980 que Marguerite Yourcenar, romancière et essayiste, apporta la première touche féminine à l'Académie française.

 **Avec le recul on peut considérer que Guy Chambelland voulait, d'une certaine manière, au coeur de la ruralité profonde, rendre un hommage discret au monde agricole qui n'était pas comparable à celui d'aujourd'hui.



27/07/2012
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres