Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Regard patrimonial sur le Pont du Garrit.

Aujourd'hui le blog quitte le Val de Nauze pour quelques kilomètres pour mettre en relief la passion d'un ami.

  

Jean Bonnefon

 

Mon ami, notre ami, Jean Bonnefon qui n'est pas tout à fait un "nauzéen", Ginette, sa charmante épouse, oui, puisqu'elle vit le jour au Foussal, s'intéresse beaucoup au patrimoine et, tout particulièrement, au Pont du Garrit qui lui tient à coeur pour les raisons affectives que l'on devine aisément.

Il aimerait susciter un engouement pour la sauvegarde de cet ouvrage plus que séculaire.

 

Fongauffier-sur-Nauze voudrait s'associer à sa démarche et vous invite à répondre au sondage sur ce thème figurant dans la colonne de gauche de la page de garde de ce blog.

 

Pierre Fabre.

 


 

 

 

 

 

Il faut chasser une idée reçue Gustave Eiffel n'a rien à voir avec cet ouvrage qui, cependant, s'inspire de sa modernité.

 

Une autre passionnée, Anne Bécheau, conférencière qui n'aime pas du tout les symphonies inachevées, a retrouvé les plans....

 

Ce pont, il a été primé à l'exposition universelle de 1900, ne dispose que d'une voie !

Les décideurs de l'époque avaient pensé que les gens allaient livrer à la même heure et revenaient tous ensuite... donc inutile de faire deux voies...

 

Techniquement, ce pont de 176,30 mètres, 205 mètres si l'on prend les appuis, érigé entre 1892 et 1894, a fait l'objet de calculs savants, notamment  en ce qui concerne la force du courant en période de crues.

 

La réalisation  du tablier métallique a été confiée au binôme Hachette et Driout de Saint-Dizier (Haute-Marne) !

Source http://beauvert.over-blog.com/article-le-pont-metallique-du-garrit-a-saint-cyprien-dordogne-53416142.html

 


Cliquez sur l'image elle est tout simplement superbe.

 

 

 

Non ce n'est pas la passerelle St Jean de Bordeaux, inaugurée le 25 août 1860, d'où son jeune conducteur de travaux, Gustave Eiffel, [il n'était qu'au début de sa carrière impressionnante] plongea sans hésiter pour sauver de la noyade un ouvrier qui allait se noyer. Cet ouvrage a bien failli être soustrait de notre patrimoine s'il n'y avait eu des passionnés pour le défendre. La superbe image ci-dessous nous introduit, comme si on y était, sur le Pont du Garrit. Nous le connaissons pratiquement tous, et il mérite, lui aussi, de perdurer pour signer le paysage berbiguiéro-cypriote. 

 

 

  
Le Pont du Garrit. Photo jm-photos.net

Certains d'entres vous m'ont demandé de leur faire passer une info et des bulletins d'inscription pour l'Association du Pont du Garrit.
En veux-tu ? En voilà !
Pour ceux qui n'ont rien demandé et qui s'en foutent royalement, la touche "Supprimer" fera son travail sans problème.
Pour ceux que ça intéresse, le bulletin est à imprimer et à renvoyer à la mairie de Berbiguières accompagné d'un chèque, ou d'un billet, de 10 €.
N'hésitez pas à transférer ce mail, à ceux de vos contacts susceptibles d'être intéressés par cette démarche.
Si vous avez de belles photos ou des documents d'archives du pont, ne manquez pas de nous les envoyer.  (Ex photo ci-dessous, extraite d'un blog contenant de belles photos de la Dordogne et du Périgord en général).
 
Je vous espère en belle forme et vous souhaite un bel été.
Amistat
 
Jean Bonnefon

Un petit retour en arrière.
 
 

 

Il y a longtemps qu’on en parlait… Elle est née : L’Association du Pont du Garrit (En occitan del Pont del Garric) a déposé ses statuts à la sous préfecture de Sarlat le 28 avril 2012. Association régie par la loi du 1er Juillet 1901, elle a pour but de « préserver, réhabiliter et animer le patrimoine du pont du Garrit, qui traverse la rivière Dordogne, entre les communes de Berbiguières et de Saint Cyprien, ainsi que son environnement. »

Elle est née de la rencontre entre des passionnés du Périgord qui, comme beaucoup d’habitants de ces bords de Dordogne se désolent de voir ce remarquable ouvrage d’art menacé par les outrages du temps. Chacun est bien conscient que ce ne sont pas des bénévoles qui vont entreprendre la rénovation de l’ouvrage, mais l’Association sera, auprès des pouvoirs publics, et notamment le Conseil Général de la Dordogne propriétaire du pont, un élément d’animation et de mise en valeur auprès du public. Il apparaît que ce coin du Garrit, entre Berbiguières, Saint Cyprien, Allas les mines, Marnac, Castels… est chargé de l’histoire des cimenteries, de la pêche et de la batellerie qui ont animé la vie de la région entre 1850 et 1950. Le Périgord noir est riche de la Préhistoire, du Moyen-âge et de la Renaissance. Ce fleuron de l’architecture industrielle du 19ème et 20ème siècle est un atout supplémentaire dans ce que ce pays à d’exceptionnel à présenter à ses visiteurs.

Les idées ne manquent pas en ce qui concerne la mise en valeur du site. L’Association du Pont du Garrit invite toutes celles et ceux qui sont intéressés pour adhérer ou tout simplement pour s’informer sur le projet, à se retrouver le mardi 15 mai à 20h30 à la salle des fêtes de Berbiguières. Précisons enfin qu’à ce jour, l’Association est présidée par Jean Bonnefon et que Ronald Knoth, qui a pris l’initiative de rassembler les premiers passionnés du site, en est le vice-président. Toutes les informations supplémentaires seront apportées le 15 mai à 20h 30 à salle des fêtes de Berbiguières.


 


 

Merci Jean pour ton travail de... Berbiguiérois. 

 

P.F



29/07/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres