Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Regard sur Fauvel.

 

MONPLAISANT

 

 

 

La R.D n° 710 à Fauvel.

 

 

Un peu d'onomastique. A priori il n'y a pas de piste sérieuse pour l'origine de ce toponyme. Vraisemblablement ce nom de lieudit doit venir du patronyme qui n'est pas si rare dans le sillon Nauze-Lémance. Pour les généalogistes de GeneaNet http://www.geneanet.org/ Fauvel paraît être un diminutif de fauve, sobriquet désignant sans doute une personne aux cheveux fauves ; francique falw, latinisé en falvus. Fauveau serait de la même trame. À noter, cependant, que Fauvel semble avoir été utilisé au Moyen Âge comme nom de personne. Un autre sens possible est celui d'hypocrite, lié sans doute au Roman de Fauvel, oeuvre du début du XIVème siècle. C'est en Normandie qu'il est le plus répandu. Variante : Fauveaux (Picardie). Variante ou matronyme : Fauvelle (Picardie).

 

Le bief de Fauvel.

 

Les Normands sont bien venus en Périgord, au Xème siècle, mais l'on ne sait, avec exactitude, s'ils ont été bien accueillis. On aurait, plutôt, tendance de croire que leurs passages étaient redoutés. Nos voisins de Siorac avaient même implanté une tour en lisière de la Bessède, à Castelréal, ce poste de guet domine la confluence du Peyrat et de la Dordogne, pour surveiller la navigation sur le fleuve qui pouvait réserver des surprises.

Les barques normandes, en tout état de cause, n'auraient pas pu remonter la Nauze jusqu'à Fauvel.

 

 

 

Le moulin de Fauvel recomposé en demeure résidentielle.

 

Un lieudit acquis à la meunerie. Fauvel se place, à 1800 mètres au Nord de Fongauffier,  dans la partie la plus occidentale de Monplaisant, entre le Moulin Vieux et La Tute Haute, tout près des terres sagelacoises de l'autre rive de la Nauze.  L'ingénieux bief fauvelois demeure superbe ; il est de toute beauté. Il amenait l'eau au moulin érigé sur la rive gauche ; à 75 mètres d'altitude. On notera que la Nauze au niveau de Fauvel perd plusieurs mètres ce qui favorise l'exploitation de la chute. Le moulin de Fauvel, qui a perdu sa fonctionnalité au milieu du siècle précédent, fut rasé, vers la fin des années 60, et reconstruit à des fins exclusives d'habitat.

Le site jouit de l'ensoleillement matinal et, a contrario, la colline de Fonmorte le protège des ardeurs estivales du soleil au cours de l'après-midi.

 

 

L'arche du vieux pont de servitude de Fauvel.

 

Un site de sources. Fauvel abrite, on pourrait presque dire cache, en partie privative, une superbe source pérenne. À quelques hectomètres, au niveau des Champs Petits, sur l'autre rive, jaillit une autre source, beaucoup plus puissante, toujours en partie privative. Les propriétaires la conservent précieusement avec l'égard environnemental dû à ces legs de la nature.

 

 

La naissance d'une source est un spectacle bucolique saisissant pour les amis de la nature.

 

Elle chante au milieu du bois,

La Source et je me demande,

S'il faut croire à cette légende,

...

 

La Source [Guy Bonnet-Henri Djian] chanson émouvante et triste, voire bouleversante, interprétée, en 1968, par Isabelle Aubret.  Album "C'est beau la vie". Pour cette référence certains grands amis de toujours, internautes, comprendront pourquoi "C'est beau la vie".

 

 

Ces sources sourdent au cœur de propriétés privées. Elles ne sont accessibles qu'avec l'accord formel des propriétaires qui, aussi charmants qu'ils soient, pour des raisons parfaitement compréhensibles de respect  de la nature et de sécurité, ne souhaitent pas voir des "explorations" patrimoniales intempestives.

 

 

La Pioulade, [la source des peupliers] une grande voisine sourd sur la rive droite.

 

 

Texte et photos Pierre Fabre.


La prochaine page de Fongauffier-sur-Nauze, en principe demain, va réserver une surprise aux internautes ; probablement plus encore aux Sagelacois.



05/09/2011
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres