Fongauffier-sur-Nauze

Fongauffier-sur-Nauze

Une réunion d'échange relativement peu suivie.

 

 

 Pays de Belvès

 

 

CIMG1808.jpg

 

Précédant l'intervention des élus, Olivier Reynal a été invité à prendre la parole pour parler des sapeurs-pompiers. Olivier, adjudant-chef, sapeur-volontaire, s'est montré inquiet de l'insuffisance des effectifs. Il en appelle au volontariat.

 

CIMG1817.jpg

 

 

Pour Christian Léothier, il fallait insister sur l'osmose qui unit l'assemblée communale et le personnel communal. Le premier magistrat a fait remarquer que la majorité des travaux sont réalisés en régie ; c'est-à-dire avec le personnel municipal, ce qui a pour finalité d'en réduire le coût. Il souligna que certains travaux sont du domaine de la communauté de communes ; ce sera le cas pour la rénovation de la côte du Terriol.

L'objectif de l'équipe municipale est d'atteindre ses objectifs.

Faisant face à la critique exprimée, çà et là, le maire a dit que les camping-cars ont été envoyés dans l'emplacement proche du cimetière pour ne pas donner une image négative "Sous la brèche". Il fit remarquer que les utilisateurs ne payent aucune contribution.

Pour le maire de Belvès, le site des "troglos" est une excellente carte de visite dont il rêve, par une architecture remaniée, de pouvoir multiplier les capacités de visites.

 

Les axes majeurs [Jacques Manchotte, Michel Giffault et St Dominique] devraient trouver, par épisodes, avant la fin de la mandature, un aboutissement complet.

La commune va s'approprier l'ancien collège-lycée et on pourrait imaginer, dans ces vieilles pierres, voir naître un centre socio-culturel inédit dans notre bassin de vie.

Il faut renforcer le rang de "plus beaux villages de France" et le premier magistrat, de citer la rue Merdanson découverte par de nombreuses personnes lors du vernissage du Dédale.

 

De rares pistes ont été écartées, telle celle d'un pigeonnier-stérilisateur.

 

On a très peu parlé de la thématique "commune nouvelle". Christian Léothier a plutôt pointé les communautés de communes dont la virtuelle future intercommunalité atteindrait, horizon 2017/2018, 32 000 habitants et irait du Salignacois à Loubéjac et de Cazoulès à Fongalop. Le premier magistrat belvésois, qui milite pour une commune plus élargie, a, semble-t-il, une vue plus encline à des communes renforcées qu'à des communautés de communes gigantesques.

 

"Pays de Belvès" un point qui fait toujours débat. Christian Léothier a reconnu que l'on aurait pu envisager un référendum local mais il plaida sur sa bonne intention et dit qu'à ce moment décisif, celui de finaliser le nom, il n'y pensa point. N.D.L.R que lors de la réunion de présentation de la commune-nouvelle, à St Amand, le sujet avait été évoqué et qu'il avait dit avec insistance qu'il s'était "battu" et se "battait" encore pour Belvès et qu'il était hors de question de soustraire le toponyme de Belvès dans l'appellation future tout en n'étant pas défavorable à une adjonction d'appui. Là, il ne s'agit pas d'une adjonction mais d'une modification de fond. Quel que soit le point de vue de chacun, il faut bien admettre que les élus ne sont nullement tenus de consulter leurs électeurs pour le nom de la commune… c'est seulement un plus pour la démocratie locale.

 

Interpellant le docteur Michel Carcenac, taxé d'opposant sympathique, un bref  échange remit une petite couche sur ce que beaucoup considèrent comme une erreur.

 

La commune est-elle entre de bonnes mains, ses édiles mènent-ils bien la gestion de leur cité ? Ce sujet, certainement, suscite des points de vue différents et il ne m'appartient nullement d'y répondre. C'est aux citoyens du Pays de Belvès -et à eux seuls- qu'il revient d'avoir une opinion et de la traduire quand l'échéance arrivera.

 

 

CIMG1812.jpg

 

Pour réceptionner "l'icosikaihexagone", assemblée de 26 membres, il faudrait une grande table qui serait difficile d'inscrire dans l'actuelle salle du conseil. La salle d'honneur se prête bien mieux à accueillir les élus et leurs mandants.

 

 

CIMG1813.jpg

 

 

Joël est bien entouré.

 

CIMG1814.jpg

 

 

Le doyen toujours attentionné.

 

 

CIMG1820.jpg

 

 

Le docteur Carcenac tient à "son" Belvès à deux syllabes.

 

CIMG1819.jpg

 

Il n'y avait pas une trentaine de citoyens, hors élus, dans la salle. Cela ne veut pas dire que les autres se considèrent forcément en devoir de fermer leur bouche sur les intentions municipales.

 

 

 

Photos Pierre Fabre.



25/06/2016
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 213 autres membres